Eecher Schmelz Imprimer

Tags: Fonds du Logement

Le Fonds du Logement 30 ans - Articles

fdl-eecher-schmeltz

fdl-eecher-schmeltz

fdl-eecher-schmeltz

fdl-eecher-schmeltz

fdl-eecher-schmeltz

fdl-eecher-schmeltz

fdl-eecher-schmeltz

fdl-eecher-schmeltz

fdl-eecher-schmeltz

fdl-eecher-schmeltz

fdl-eecher-schmeltz

fdl-eecher-schmeltz

“Eecher Schmelz” un projet urbanistique exceptionnel sur un site historique. Dans les années 90, un quartier urbain résidentiel de 415 logements voit le jour à Luxembourg - Gasperich. Avec ce projet de grande ampleur, le Fonds du Logement s'est illustré tant par la perfection de l'aménagement urbain que par la diversité des types de logement créés. La conception urbanistique du quartier Sauerwiss fut confiée à l'urbaniste munichoise Christine Scheiblauer.

Un peu d'histoire…

«Eecher Schmelz» est l'exemple type d'un projet urbanistique de grande envergure (220 logements!) mené à bien par le Fonds du Logement au début des années 2000, et dont le nom témoigne aujourd'hui encore d'une histoire dont les origines remontent à 1845.

C'est en effet à cette époque qu'Auguste Metz demanda la permission de faire construire un haut fourneau sur le site, à Eich-Mülenbach. Quelques années plus tard, deux autres fourneaux furent ajoutés. A eux trois, ces hauts fourneaux pouvaient produire 16 tonnes de fer brut par journée, performance considérable pour l'époque! Ce site, d'une superficie totale de 4,4 hectares, était donc à l'époque un des premiers centres de la métallurgie industrielle au Luxembourg.

Sous le règne des Prussiens...

Sous le règne des Prussiens, le projet d'une nouvelle ligne de chemin de fer passant par «Millebach-Rol-lingergrund» fut révisé en faveur d'un itinéraire différent. Moyen de transport indispensable pour l'usine métallurgique, la «Société des Forges d'Eich» fut obligée d'ériger une nouvelle forge à proximité de l'itinéraire de la nouvelle ligne.

Peu à peu...

Peu à peu, l'usine d'Eich fut délaissée au profit de la nouvelle forge à Dom-meldange. A partir de 1874, son activité se limita à la fabrication de produits issus de la fonderie et au parachèvement de ces produits. La fonderie à Eich cessa son activité au milieu des années 1960.

A partir de 1966...

A partir de 1966, on commença les travaux de démontage. Dix années plus tard, l'usine de parachèvement fut également démontée. Ainsi se termina, comme l'écrivit à l'époque le Luxemburger Wort, «non seule ment un long épisode d'histoire locale, mais aussi un chapitre de l'histoire nationale»(1). De nos jours, une seule bâtisse témoigne encore de l'époque glorieuse de ce site: un grand hall, situé au nord du terrain.

Le Fonds du Logement a donc œuvré ici à la revalorisation d'un ancien site.

Le projet se subdivise en quatre lots (A,B,C et D).

L'implantation des bâtiments a été influencée par le respect et l'intégration dans le projet des éléments caractéristiques du site : la végétation abondante, la forte pente au nord du terrain, l'ancienne bâtisse, la petite ruelle en pavé longeant le parc, ainsi que les rues périphériques de Mühlenbach et Emile Metz.

Une attention particulière a été portée à l'ouverture du quartier sur les vastes espaces verts qui entourent le site sur les trois côtés. Des liaisons piétonnes attachent les logements à ces espaces adjacents. Les espaces non construits des parcelles privatives ont été plantés et aménagés en jardins d'agrément.

Une place publique entre les îlots B et C, profitant pleinement de l'ensoleillement pendant toute la journée, présente un espace ouvert au sein du quartier. De nombreuses aires de jeux et de repos ont également été aménagées à l'intérieur des espaces verts répandus sur ce site.

Le quartier est isolé de la rue de Mühlenbach grâce à une allée d'arbres. Du côté est, la Ville de Luxembourg a réalisé un nouveau complexe scolaire. A l'ouest, le grand parc forme un point d'attrait important.

L'accès à ce quartier se fait aux deux extrémités de construction du lot A. Une bande d'attente aménagée au milieu de la rue de Mühlenbach contribue à assurer a fluidité de la circulation. Les accès aux parkings souterrains(2) sont situés de façon à éviter la circulation inutile dans les rues à l'intérieur du nouveau quartier. Celles-ci sont réservées aux riverains et aux services publics.

Les différents lots, en quelques mots…

Le lot A...

Le lot A (64 appartements, 1119 m2 de commerces et de bureaux, 75 parkings) borde la rue de

Cet îlot joue le rôle d'élément de liaison entre le bâti existant et le nouveau quartier. L'immeuble fut volontairement conçu en maisons individuelles, accentuées par leurs différentes couleurs. Il s'intègre parfaitement dans la typologie du tissu urbain existant.

Le lot B...

Le lot B (32 appartements, 42 parkings) est volontairement divisé en deux ailes séparées. L'implantation du lot permet de préserver les vues vers le grand parc. La place publique entre les lots B et C vient agrémenter l'espace à l'est.

Le lot C...

Le lot C (86 appartements, 90 parkings) se présente sous la forme d'un U allongé. Il dispose d'un magnifique espace-jardin central ouvert du côté ouest et relié au côté est par un passage couvert. Cet espace dispose également d'une aire de jeux, d'espaces de repos et de plantations.

Le lot D...

Le lot D (49 appartements, 49 parkings) est divisé en 6 bâtiments. A l'exception de A et B, chaque bâtiment dispose d'une entrée individuelle pour accéder aux logements. Ceux-ci sont situés du côté des rues Charlotte Engels et Eecherschmelz, rue intérieures du quartier

Notes:

1) Luxemburger Wort, 24 décembre 1976.

2) Tous les lots sont dotés de parkings souterrains qui, pour des raisons de sécurité, ne communiquent pas avec les cages d'escaliers.

Share this post