Newcom s.a.r.l
Home
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Made in Differdange (Luxembourg) Imprimer Envoyer

Tags: Differdange

Differdange 100 ans - Articles

arcelor-mittal

arcelor-mittal

arcelor-mittal

arcelor-mittal

arcelor-mittal

arcelor-mittal

arcelor-mittal

Le Freedom Tower de New York..

Après s’être difficilement remis du choc terrible causé par les attentats du 11 septembre 2001, les Etats-Unis ont décidé de construire à l’emplacement des tours jumelles du World Trade Center une tour gigantesque de 541 m comprenant 108 étages qui prendra le nom symbolique de "Freedom Tower".

C’est en présence de nombreuses personnalités, de plusieurs centaines de journalistes, photographes et cameramen ainsi que d’une foule de curieux que l’ouverture solennelle du chantier fut célébrée le 19 décembre 2006 par la mise en place d’une première poutrelle faisant partie des fondations du Freedom Tower. Cette première poutrelle HISTAR grade 65, d’une commande initiale de 803 tonnes, avait été lami née le 24 juillet 2006 à l’usine d’ArcelorMittal à Differdange.

Lors de la conférence de presse, organisée par le bureau du gouverneur et la mairie de la ville de New York, annonçant le début de la construction du nouveau Freedom Tower, les différents orateurs n’ont pas manqué d’éloge à l’égard des poutrelles de Differdange.

Le gouverneur George E. Pataki: “Today, America’s strength is evident in this column of steel; the footings for the great monument to freedom that is rising on this hallowed site”.

Le maire Micheal R. Bloomberg: “This steel column symbolises the resiliency of our great city and demonstrates to the world that New York is moving forward and that nothing will diminish our spirit”.

L’architecte Daniel Libeskind: “With the raising of this steel column on side we fully realize the resurgence of this great city and bear witness to the creation of a skyscraper that reassures the preeminence of freedom and liberty”.

Le consul général du Luxembourg à New York, Monsieur Georges Faber, a évidemment profité de l’occasion pour faire état aux personnalités présentes de la fierté du Luxembourg et de tous les Luxembourgeois. L’acier luxembourgeois jouera un rôle clé dans la sécurisation des fondations sur lesquelles sera érigé le Freedom Tower qui dominera la skyline newyorkaise avec à sa base un fort contenu technologique luxembourgeois.

Notons qu’entre-temps, ArcelorMittal a livré 13.500 tonnes de poutrelles pour la construction du Freedom Tower; d’autres commandes sont prévues.

Pourquoi des poutrelles de Differdange?.

Retour en arrière. Le 12 mars 1896 est fondée à l’initiative d’Alexandre de Gerlache la S.A. des Mines et Hauts Fourneaux de Differdange. Le Conseil d’administration comprend une douzaine de membres. Parmi eux un jeune ingénieur-entrepreneur, âgé de 33 ans, plein de talent, Paul Wurth, est nommé administrateur-délégué de la nouvelle société. Ses mérites dans la création de l’usine sidérurgique de Differdange sont indéniables.

C’est également en 1896 que l’ingénieur américain, Henry Grey, collaborateur de l’American Mill Cy, dépose une demande de brevet qui consiste à laminer les poutrelles à larges ailes en deux phases bien distinctes: le laminage des faces de la poutrelle se fait dans une cage universelle à quatre rouleaux, dont deux horizontaux et deux verticaux, alors que le laminage des bouts d’ailes se fait dans une cage spéciale, appelée “refouleuse”, adjacente à la cage universelle.

Aussi Henry Grey a-t-il à peine réalisé quelques poutrelles sur un laminoir pilote à Duluth au Minnesota qu’il se lance dans une large campagne de promotion destinée aux producteurs d'acier américains et à certains producteurs européens. Hélas, Henry Grey constate avec amertume que ceux-ci, ne se rendant pas compte des avantages de son innovation, refusent même d'en prendre connaissance.

C'est ainsi qu'un dimanche du mois de mai 1898, Henry Grey et son collaborateur Charles Albert Prince frap pent à la porte du domicile privé de Paul Wurth et lui présentent deux échantillons de poutrelles, l’une à larges ailes et l’autre à âme mince. Paul Wurth, ingénieur averti, en reconnaît aussitôt les avantages. Henry Grey a la chance de rencontrer en Paul Wurth un patron de société qui est non seulement un fabricant de produits sidérurgiques, mais en même temps un utilisateur des mêmes produits. En tant que propriétaire d’un atelier de construction à Luxembourg-Hollerich il est évidemment avide d’inventions permettant de réduire le poids et la taille des structures métalliques.

Le 8 juillet 1898, Paul Wurth et Henry Grey signent un premier contrat d'option pour l'achat du brevet. Le 16 octobre 1898, le Conseil d’administration décide l’achat du brevet et la construction d’un laminoir Grey à Differdange. La mise en service a lieu le 1er juillet 1901. En 1902 déjà, Paul Wurth construit le premier pont de chemin de fer avec des poutrelles Grey, la "Charlysbreck" à Dommeldange.

La poutrelle Grey de Differdange est lancée.

Les parcours centenaire du train Grey.

La crise économique de 1900, le rythme effréné de la construction de l’usine, les dépassements de devis, le marketing encore insuffisant, le manque de personnel expérimenté, des difficultés techniques imprévues et des accidents aux hauts fourneaux font que la mise en service est assez difficile et que la vitesse de croisière de ce complexe sidérurgique gigantesque n’est atteinte que vers les années 1911 - 1912. A cette époque, l’usine dispose de dix hauts-fourneaux, d’une aciérie Thomas avec cinq cornues de vingt tonnes et de neuf trains de laminage parmi lesquels le train Grey occupe déjà une position de choix. La production totale d’acier de l’usine s’élève à 486.000 tonnes, celle du train Grey à 113.000 tonnes, l’usine occupant quelques 2.500 ouvriers.

En 1911, année du laminage de la première poutrelle de 1000 mm, le train Grey subit déjà sa première modernisation par l’ajoute d’une cage universelle supplémentaire, ce qui augmente sensiblement sa productivité.

L’histoire glorieuse et mouvementée du train Grey, depuis la promotion de Differdange au rang de ville en 1907, est trop volumineuse pour être décrite ici. Force est de constater que pendant cette longue période le train Grey a survécu à maintes crises grâce à l’engagement et la perspicacité de ses ingénieurs et techniciens.

Ceux-ci n’ont jamais cessé au cours du siècle passé à améliorer et à moderniser l’ensemble de l’équipement et à développer de nouvelles technologies en vue de diminuer le prix de revient des poutrelles et d’en améliorer la qualité. Citons à titre d’exemples les “jumbo beams”, les “tailor made beams”, les poutrelles “Fritenar” et surtout les poutrelles “Histar” qui servent aujourd’hui d’épine dorsale aux plus hauts gratte-ciel construits à travers le monde, notamment le World Financial Center de Shanghai (492 m) et le Freedom Tower de New York (541 m).

Si aujourd’hui la nation la plus puissante du monde achète à Differdange les poutrelles pour un bâtiment aussi gigantesque et aussi symbolique que le Freedom Tower, c’est parce qu’elle ne trouve nulle part ailleurs dans le monde des poutrelles ayant les mêmes caractéristiques mécaniques favorables.

Depuis l’arrêt de la tuberie en février 2002, le train Grey est le seul train de laminage en opération à Differdange. Sans jamais quitter son rang de champion parmi les producteurs de poutrelles, le train Grey a encaissé au cours de son histoire nombre de crises et de bouleversements: des grèves sanglantes en 1912 et 1942, deux guerres mondiales, une succession de huit propriétaires différents...

Depuis 2006 l’usine de Differdange fait partie du groupe ArcelorMittal, leader mondial incontestable des producteurs d’acier avec 320.000 collaborateurs dans 60 pays, une production annuelle de 109,7 millions de tonnes d’acier expédiées et un chiffre d’affaires de 105,2 milliards de dollars en 2007.

L’usine de Differdange occupe une position de choix au sein de ce groupe géant, car elle dispose de produits de pointe: les grosses poutrelles, les palplanches HZ, et un équipement hautement performant.

Notons que le dernier up-grade substantiel du train Grey vient d’être réalisé par ArcelorMittal en 2007. Cet investissement de 32 millions d’euros a abouti à la suppression des groupes préparateur et intermédiaire ainsi qu’à l’installation dans la ligne de la cage finisseuse de deux nouvelles cages universelles (dont une est récupérée après la modernisation du groupe intermédiaire antérieur). De cette façon on est passé d’un lay-out à trois lignes à un laminoir mono-ligne. Le résultat de cette modernisation est une augmentation de la productivité du train ainsi qu’une amélioration qualitative de ses produits.

La ville et son usine.

En cette année commémorative du Centenaire de la Ville, ne faut-il pas consacrer une réflexion à la relation entre la Ville de Differdange et son usine sidérurgique?

Pendant les décennies précédant la crise sidérurgique de la deuxième moitié des années soixante-dix, il y a une symbiose étroite entre la ville et son usine. De nombreux habitants, profitant d’un travail sûr et bien rémunéré à l’usine et disposant en grande partie d’un logement de service, font fleurir le commerce local, ce qui incite Armand Peters, directeur de l’usine, à écrire dans le livre du Cinquantenaire de la ville (1957): “Le développement de la ville de Differdange, caractérisé par l’accroissement et par le bien-être de ses habitants a été et reste fonction de l’évolution de l’usine sidérurgique qui porte son nom. Differdange et son usine constituent un tout inséparable”.

Lors de la restructuration post-crise, cette “relation d’amour” s’est rapidement refroidie pour déboucher sur l’indifférence, la méfiance et quelquefois l’hostilité de la population vis-à-vis de l’usine considérée par beaucoup comme une “cité interdite” aux actions et décisions peu transparentes.

Plus récemment, on peut cependant constater que l’intérêt de la population pour son usine a de nouveau été ravivé au fur et à mesure que le ciel de Differdange s’est éclairci, que la skyline de la ville n’est plus entachée par la sombre silhouette des hautsfourneaux, gazoducs, des tours de refroidissement, du bâtiment de l’aciérie LDAC et que la renommée de la poutrelle Grey a encore progressé à travers le monde.

Une preuve de ce renouveau fut fournie le 8 mars passé lors de la “journée porte ouverte” de l’usine organisée à l’occasion du Centenaire de la ville. Quelques 1.500 personnes se sont pressées à l’entrée de l’usine pour ne pas rater la visite des nouvelles installations. Cette porte ouverte a déclenché maintes discussions dans les chaumières de Differdange. Cependant les visiteurs, fortement impressionnés par les nouvelles technologies en place, se rendent compte que l’usine est en passe de devenir une vraie usine “high tech” qui n’a plus rien de commun avec la sidérurgie lourde du siècle passé.

La technologie de pointe développée à Differdange pour la fabrication de poutrelles “haut de gamme” ainsi qu’un équipement moderne et perfor mant sont le garant d’un avenir assuré de l’usine..., du moins à moyen terme.

Aujourd’hui, rien n’empêche les Differdangeois de s’enorgueillir de nouveau de la poutrelle Grey, made in Differdange (Luxembourg) by ArcelorMittal.

>> Retour Sommaire - Differdange 100 ans.

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange