Newcom s.a.r.l
Home » Fonds de rénovations de la Vieille Ville » Rénovation et agrandissement de l’Hôtel du Conseil d’Etat
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Fonds du Logement

  • Fond de logements - Lisez le Magazine...
  • Fond de logements - Lisez le Magazine...
  • Fond de logements - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Rénovation et agrandissement de l’Hôtel du Conseil d’Etat Imprimer Envoyer

Tags: Vieille-Ville

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

conseil-etat

Rénovation et agrandissement de l’Hôtel du Conseil d’Etat

Implanté sur le site prestigieux de l’entrée Nord-Est de la vieille ville, le Conseil d’Etat occupait depuis décembre 1959 un bâtiment d’architecture moderne d’une superficie de 1.023 m2. A la demande de ce corps de l’Etat et avec l’accord du Conseil de Gouvernement, le Fonds de rénovation de la Vieille Ville a procédé à un réaménagement complet du bâtiment ainsi que, par l’intermédiaire d’une extension, à un dédoublement de ses surfaces. A cette fin, des parties de l’ancienne clinique Saint-Joseph ont été soit rénovées soit remplacées par de nouveaux bâtiments. L’hôtel du Conseil d’Etat a été rénové dans le respect de l’architecture en place.

Un projet en deux phases

Le chantier s’est déroulé en deux phases. La phase I, comprenant le projet d’extension avec les travaux de terrassement, les fouilles archéo- logiques, la construction d’un par- king souterrain comme assise du corps d’extension et la construction proprement dite respectivement la rénovation des parties conservées.

La phase II s’est poursuivie avec l’adap- tation de l’hôtel du Conseil d’Etat dans son intégralité tout en respectant son architecture et le décor des années 50. La superficie totale du Conseil d’Etat comporte au final 2.335 m2.

Le projet d’architecture

L’extension affirme une continuité avec l’architecture existante de l’hôtel du Conseil d’Etat. Le bâti- ment existant de forme trapézoïda- le ordonne les espaces de façon symétrique suivant un axe longitu- dinal, auquel est adossée la nouvel- le partie, composée d’un atrium central et de deux ailes latérales.

L’atrium sous verrière comporte des galeries de circulation à chaque étage et relie la partie ancienne à la partie nouvelle. Elle met en évidence sur toute sa hauteur l’escalier hélicoïdal existant, d’une rare élégance, et rem- plit l’espace de lumière. La salle plé- nière a été agrandie et déplacée au dernier étage.

Les travaux de démolition

L’intervention dans des anciens im-

meubles réserve toujours des sur- prises et dans ce cas, la présence de matières isolantes amiantées contre l’incendie en fut une de taille. Un organisme agréé a donc imposé des précautions particulières et ces tra- vaux ont duré de mai à août 2003. Dans les parties à conserver, les cloi- sons et les installations techniques ont été enlevées. Du côté de la rue Sigefroi, le bâtiment de l’ancienne clinique a été partiellement dé- noyauté. Les exhaussements des an- nées 1930 ont été supprimés et du côté de la corniche, l’aile moderne de six étages a été démolie. Ainsi, une surface au sol de 300 m2 a pu être dégagée entre la rue Sigefroi et le boulevard Thorn, réservée pour la construction d’un parking souterrain et au bâtiment d’extension du Conseil d’Etat.Les tra- vaux de démolition des bâtiments ont été achevés en novembre 2003.

Les fouilles archéologiques

Depuis des années, c’est le Fonds qui se charge des travaux archéologiques dans les quartiers qu’il rénove. La démolition des bâtiments est talon- née par les travaux de terrassement.

C’est ainsi qu’au fur et à mesure du déblaiement, sous l’oeil attentif de l’archéologue du Fonds, s’est révélé tout un quartier méconnu, composé de caves, de citernes et d’une rue. Un quartier de la ville médiévale se trouvait enseveli sous la cour du «Schéieschlach» et il épousait la pente naturelle. Un site englouti sous des masses de terre a fait sur- face et l’archéologue a pu docu- menter ce quartier marchand qui était lié par sa rue au faubourg et au château fort.

Ce quartier disparaît avec la construc- tion du mur de forteresse au milieu du XVIe siècle. Afin de garder en mémoi- re le passé médiéval et de le conserver, un levé au scanner 3 D a été réalisé. L’ensemble des fouilles archéolo- giques s’est déroulé entre décembre 2002 et mai 2004, soit pendant dix- huit mois.

Mesures de stabilisation et terrassements

A côté du programme très ambitieux d’installer un parking d’une cinquan- taine d’emplacements sur un terrain exigu, la topographie et la géologie du site ont mis au défi les ingénieurs de garantir stabilité et sécurité. Par rapport aux constructions adjacentes et au mur de la forteresse, des reprises en sous-oeuvre ont été réali- sées. Les terrassements allant jusqu’à une profondeur d’environ 15 mètres ont été accompagnés par la stabilisa- tion des parois verticales, réalisées en micro-pieux et tirants d’ancrage.

Afin de réduire les nuisances sonores, vu la proximité du Conseil d’Etat exis- tant, de la clinique Saint-François et du Musée National d’Histoire et d’Art, des procédés et des plages horaires spé- ciaux ont été imposés jusqu’à l’achève- ment des travaux en juillet 2004.

De la construction à l’achèvement

C’est en septembre 2004 qu’ont été coulées les premières fondations et les dalles des parties en sous-sol, qui, finies en mars 2005, ont permis de démarrer la construction hors sol des nouveaux locaux d’extension appe- lés phase I, destinés à héberger l’ad- ministration du Conseil d’Etat. Le gros-œuvre, clôturé en septembre 2005, comprend les ouvrages côté boulevard Thorn, une partie de l’atrium sous verrière, créant la liai- son et la transition avec le bâtiment du Conseil d’Etat existant. Le choix d’éléments préfabriqués en béton armé a permis de rattraper le retard pris par les découvertes archéolo- giques et de terminer ainsi le clos et couvert en décembre 2005. Les tra- vaux de second œuvre et les installa- tions techniques étant terminés dans les nouveaux bâtiments, les parachèvements sont réalisés sous la régie de l’Administration des Bâti- ments Publics. Ils comprennent dans la partie nouvelle la bibliothèque, la salle plénière provisoire ainsi que les bureaux complémentaires.

C’est, comme convenu, en avril 2006 que l’administration du Conseil d’Etat a pu prendre possession de la nouvelle partie, en y emménageant provisoirement.

Suivant un rythme soutenu pour garantir la date de livraison pour novembre 2006, les travaux se sont poursuivis avec la restructuration du bâtiment principal des années 1950.

En novembre 2006, l’ensemble fut inauguré par le Ministre des Travaux Publics Monsieur Claude Wiseler avec à ses côtés Messieurs Pierre Mores, Président du Conseil d’Etat et Serge Hoffmann, Président du Fonds de Rénovation de la Vieille Ville.

Respect de l’architecture des années 50

Renouer le passé au présent, tel a été le défi de ce projet. Après un exa- men des éléments de décor et de l’architecture existants, le Fonds a imposé la conservation de ce témoin unique et exemplaire. La pierre natu- relle utilisée au niveau du soubasse- ment, tant à l’extérieur qu’à l’inté- rieur, offre la gamme presque complète des grés de Luxembourg issus des carrières de Gilsdorf, Ernzen, Dillingen et Born.

Le foyer de l’hôtel du Conseil d’Etat constitue la pièce maîtresse avec le sol bi-chrome en travertin et marbre ita- liens, qui se répète également en ryth- me alterné au niveau de l’escalier.

La volée hélicoïdale remplit l’espace avec beauté et élégance. L’éclairage prend ici toute sa part, que ce soit par les luminaires suspendus des années 1950 ou par l’architecture contempo- raine qui introduit un atrium sous verre laissant transparaître la lumiè- re à travers le bâtiment.

Les alentours: l’aménagement d’une promenade

Le Fonds répond, comme à d’autres endroits de la vieille ville, à sa voca- tion de contribuer à la revitalisation du quartier par la création d’espaces publics. Depuis l’entrée du parvis du Conseil d’Etat, l’idée retenue a été celle de poursuivre la promenade de la corniche existante portant sur les faubourgs de Clausen et Grund vers le côté Nord-Ouest dominant le fau- bourg de Pfaffenthal.

Quelques réactions lors de l’inauguration du bâtiment:

«…Grâce à une action de restaura- tion dans une optique de recons- truction et dans un esprit d’inté- gration de ses éléments dans la vie actuelle, ce vieux quartier a repris une fonction et une animation qu’il avait perdues. Cette vocation de quartier habité a une impor- tance fondamentale dans le cadre de ce projet. La vitalité des villes vient de ses habitants et il est pri- mordial d’associer la population aux actions menées pour préserver et animer les centres historiques.

Le Conseil d’Etat est une des trois institutions publiques, avec le Palais de Justice et le Musée National, qui cohabitent actuel- lement avec un quartier vivant, lieu de rencontre où se mêlent richesses architecturales, ambian- ce, climat de civilité et vie moder- ne, offrant une harmonie entre dynamisme et relaxation, une qualité de vie riche en culture et loisirs au coeur d’une capitale européenne.

Dans ce quartier, le bâtiment du Conseil d’Etat occupe un emplace- ment de choix, surplombant la val- lée de l’Alzette. Le chemin de ronde le long du rempart nord, désormais ouvert au public en prolongement de la promenade de la corniche exis- tante, offre une vue imprenable sur le faubourg du Pfaffenthal et apporte un attrait supplémentaire à ses habitants et visiteurs.

Je suis persuadé que ce quartier composé d’espaces de vie redyna- misés et d’espaces de travail modernisés formeront un ensem- ble cohérent, attractif non seule- ment pour les très nombreux tou- ristes à la recherche du Luxembourg d’antan, mais également agréable pour ceux qui y vivent et tra- vaillent aujourd’hui.»

Claude Wiseler

Ministre des Travaux Publics

«…Nous assistons à la deuxième inauguration de l’Hôtel du Conseil d’Etat, après 50 ans de service. De nos temps, où la durée de vie des constructions n’excède souvent pas les 40 ans, c’est plutôt flatteur pour ce bâtiment dont l’aspect extérieur n’a pourtant rien d’exceptionnel, si ce n’est sa sobriété et sa retenue. Les véritables qualités du bâtiment se révèlent plutôt à l’intérieur, dans ses matériaux qui inspirent solidité et durabilité et dans le décor si caractéristique des années 50. Le projet d’extension s’est arti- culé à partir du bâtiment d’origine avec un souci évident de respecter ses caractéristiques architectu- rales, tout en recherchant la transi- tion avec le bâtiment de l’ancienne clinique Saint-Joseph…»

Serge Hoffmann

Président du Fonds de rénovation de la Vieille Ville

.«…Le résultat incontestable- ment très positif n’a pu être atteint que par le biais d’une coordination et collaboration exemplaires entre le Fonds de rénovation de la Vieille Ville, l’Administration des Bâti- ments Publics, le Musée National d’Histoire et d’Art, le Service des Sites et Monuments Nationaux, les Services Communaux de la Ville de Luxembourg, et surtout les occu- pants du Conseil d’Etat, qui ont sup- porté environ trois années de «chambardements.

Les trois phases selon lesquelles s’articule le projet global, qui inclut les logements et commerces priva- tifs, ont nécessité, pour permettre le désamiantage, les fouilles archéo- logiques, la démolition, les stabili- sations, les excavations profondes dans la roche, les nouvelles constructions et la préservation et restauration poussées, une organi- sation hors du commun et une gran- de flexibilité de la part de l’archéo- logue, des architectes et bureaux d’études mais surtout des entre- prises ayant oeuvré dans toutes les parties de l’îlot pratiquement sans interruption aucune.

Toutefois, sans l’engagement extra- ordinaire des représentants de la coordination générale qui ont résis- té à une forte pression, respective- ment réussi à maintenir la motiva- tion indispensable pour les différents corps de métiers concer- nés, jamais un ensemble de cette envergure n’aurait pu être réalisé dans une période de 36 mois, y inclus 18 mois de suivi archéologique, garantissant ainsi les délais et le budget prévus en même temps que le fonctionnement continu d’un des plus grands corps de l’Etat.»

Walter De Toffol

Maître d’ouvrage délégué

«Quelle aubaine pour le Conseil d’Etat que de pouvoir, à l’occasion de son 150e anniversaire, récupérer et occuper les locaux de son siège, rénové et agrandi grâce à l’heureu- se initiative du Fonds de rénovation de la Vieille Ville, en cela encouragé et soutenu par son autorité de tutel- le, le Ministre des Travaux publics.

Architectes, techniciens, artisans et ouvriers ont conjugué leur art, leur talent, leur science et leur métier dans le but de traduire par une réa- lisation concrète ce qui au début ne fut qu’une construction de l’esprit. Leur oeuvre commune se trouve rehaussée par une série de pein tures, gravures et tapisseries d’une grande qualité et diversité artis- tiques. Que les Roger Bertemes, Marc Frising, Jeannot Lunkes, Isabel- le Lutz, Françoise Maas-Meeûs, Guy Michels, François Schortgen, Nico Thurm et Raymond Weiland soient à leur tour remerciés d’avoir tempo- rairement mis à la disposition du Conseil d’Etat un choix de leurs créations, pour partie spécialement réalisées à cet effet. Leur créativité a permis à différentes formes d’art de s’exprimer sur fond d’architectu- re pour donner vie à un ensemble d’une nouvelle essence.

La notion de beaux-arts prend ainsi une dimension réelle pour devenir, je l’espère, une véritable source de joie et d’inspiration pour tous ceux appelés à fréquenter ce lieu où fonc- tionnalité rime avec esthétique. Merci à tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à cette entreprise particulièrement réussie.»

Share this post

 
 

Magazine Echo - Architecture & Bâtiment

Magazine Echo Nr. 4 de l'année 2012

News image

Dans son livre « Debout l’Europe » coécrit avec Guy Verhofstadt, ex-Premier ministre belge, Daniel Cohn-Bendit veut faire se lever les pro-européens aujourd’hui «...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 109 de l'année 2011

News image

L’immobilier est-il surévalué ? Reste-t-il un bon placement ? On serait à priori tenté de répondre oui et oui, ce qui peut paraître contradictoire....

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 110 de l'année 2011

News image

La crise grecque pourrait-elle influer les prix de l’immobilier au Luxembourg ? Autrement dit les taux d’intérêt des banques vont-ils monter ? Prenons l’hypothèse...

Magazine Echo Nr. 2 de l'année 2011

News image

Si la Grèce touchera la cinquième tranche de son prêt accordé en 2010 par l’UE et le FMI, sa situation n’est pour autant pas...

Magazine Echo Nr. 3 de l'année 2011

News image

C’est en pensant aux vacances, au soleil, que je feuilletais une étude récente de Knight Frank sur les prix de l’immobilier de luxe à...

Magazine Echo Nr. 4 de l'année 2011

News image

Nous voici le lendemain des élections du 9 octobre 2011. A l’heure où cet édito est écrit, les discussions de coalition n’ont pas encore...

Magazine Echo Nr. 5 de l'année 2011

News image

L’euro cause de tous nos maux ? A l’heure où certains parient sur un démantèlement de la zone euro à court terme, il serait...

Magazine Echo Nr. 1 de l'année 2012

Magazine Echo Nr. 2 de l'année 2012

News image

S’il est un sujet plus complexe qu’il n’y parait, c’est bien celui de l’énergie. Il est aisé d’y faire des amalgames aussi fâcheux qu’erronés....

Magazine Echo Nr. 1 de l'année 2011

News image

Depuis plusieurs mois, la réforme qui fait parler est celle de la santé. Après la très médiatique grève des médecins, la mesure que tout...

Magazine Echo Nr. 5 de l'année 2010

News image

Nous voilà déjà en décembre, 2010 fait place à 2011 dans un contexte international mar- qué par de fortes incertitudes. Pas évident dans ces...

Magazine Echo Nr. 4 de l'année 2010

News image

Après la Grèce, l’Espagne, l’Irlande, le Portugal, la France, l’Allemagne, toute l’Europe occi- dentale ou presque, c’est la Grande Bretagne qui annonce son plan...

Magazine Echo Nr. 3 de l'année 2010

News image

Tout le monde est bien conscient que l'Etat doit réduire son train de vie, que les dépenses et les recettes doivent être équilibrées. La...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 107 de l'année 2010

News image

Lorsque l’on voit le nombre de chantiers en cours au Grand-Duché, on se dit que le secteur du bâtiment va bien et comme dit...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 106 de l'année 2010

News image

Avec un taux de vacance qui dépasse les 7%, l’immobilier de bureau luxem- bourgeois connaît une situation inédite. Ce chiffre est cependant à relativiser....

Magazine Echo Nr. 2 de l'année 2010

News image

A peine a-t-on accouché d'une solution pour sortir la Grèce de la crise que l'euro subissait une attaque en règle suite à une simple...

Magazine Echo Nr. 6 de l'année 2009

News image

Une année s'achève, une autre commence. C'est le moment des bilans et des résolutions. Le bilan 2009 n'est pas euphorique et 2010 s'annonce difficile....

Magazine Echo Nr. 5 de l'année 2009

News image

Herman Van Rompuy est le premier président permanent du Conseil Européen. Si les chefs d'état et de gouvernement de l'Union Européenne l'ont préféré à...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 103 de l'année 2009

News image

Herman Van Rompuy est le premier président permanent du Conseil Européen. Si les chefs d'état et de gouvernement de l'Union Européenne l'ont préféré à...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 104 de l'année 2010

News image

Tout le monde est économiste.Dit comme ça, cette phrase peut paraître incongrue, voir stupide. D’aucun vous diront qu’ils ne s’intéressent ni à l’économie, ni...

Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange