Chambre des Députés - Transformation des maisons Printz & Richard à Luxembourg Imprimer

Tags: Vieille-Ville

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

chambre-deputes

Chambre des Députés - Transformation des maisons Printz & Richard à Luxembourg

Un bâtiment destiné à abriter la Chambre des Députés est par essen ce emblématique. En plus de per mettre à ses utilisateurs de travailler dans de bonnes conditions, un tel bâtiment a une fonction représenta tive. Situé juste à côté du Palais Grand-Ducal et non loin des minis tères, il se doit d’être symbolique d’un pouvoir groupé et uni.

Afin d’appréhender le mieux possible ce projet, nous avons rencontré l’ar chitecte du projet, Gilbert Huybe rechts, d’Architecture & Environne ment. Avant de vous livrer le descriptif complet qu’il a gracieusement mis à notre disposition, nous l’interrogions quant aux difficultés de ce projet.

Le premier pari était d’intégrer la modernité dans le cœur historique de la Ville de Luxembourg.

Au départ, les maisons Printz & Richard étaient des maisons d’habi tation. Elles avaient été transfor mées dans les années 50 en bureaux. C’était de petites maisons mitoyennes sans aucune communication entre elles, sur trois rues aux niveaux diffé rents. La première difficulté a donc consisté à trouver un concept fonc tionnel qui intègre ces différents élé ments, en sachant qu’au préalable décision avait été prise de garder cinq bâtiments sur sept. La majorité des bâtiments à conserver était située rue de l’eau et ceux à détruire concernaient principalement la par tie inférieure de la rue du marché aux poissons ainsi que la rue Saint- Esprit. La solution a consisté à créer une sorte de rue intermédiaire cou verte par une espèce de verrière et qui distribue les fonctions.

Au niveau technique, l’une des prin cipale difficulté a consisté à creuser un sous-sol complet sous un bâti ment à conserver. Ce fut un travail très long qui a nécessité plus de vingt phases. Ce travail très délicat a été mené de main de maître par InCA Ingénieurs Conseils Associés de Luxembourg.

Tout le monde aura également remarqué la passerelle en verre struc turel (c’est-à-dire que la matière par ticipe à la stabilité de la passerelle). Elle est suspendue par des câbles de 9 mm de diamètre et a été réalisée par le bureau d’études parisien RFR.

Notons que Gilbert Huyberechts et Architecture & Environnement avaient déjà réalisé l’agrandissement et la rénovation de l’hôtel de la chambre des députés. S’ils n’avaient pas conçu sur l’intérieur de l’hôtel, cette «frus tration» a été réparée avec les mai sons Printz & Richard, qui ont été confiées dans leur intégralité au bureau d’architectes luxembourgeois.

Voici donc un descriptif complet du projet réalisé par Architecture & Environnement

Exposé des motifs

Sur base des résultats d’une analyse fine de la substance bâtie des deux maisons, exigée par la Ville de Luxem bourg, alors qu’elles sont situées dans le secteur protégé de la Vieille Ville, et suite à l’accord unanime des cinq groupes parlementaires issus des élections législatives de juin 1994 de maintenir la salle plénière dans l’actuel bâtiment principal, au lieu historique du Marché-aux- Herbes, la Chambre des Députés avait demandé au Gouvernement de reve nir sur son premier projet et de faire affecter désormais l’ensemble Richard/Printz essentiellement à des salles de réunion des Commissions parlementaires et à des bureaux pour la Présidence, le Greffe et les Groupes parlementaires. C’est ainsi que les deux ailes de la maison Printz, situées au coin de la rue de l’Eau et du Mar ché-aux-Herbes, de même que la majeure partie de la maison Richard n’ont pas été démolies, mais restau rées et reliées à l’Hôtel de la Chambre des Députés par une passerelle au niveau du premier étage. Tandis que l’immeuble premier de la Chambre des Députés, a été réservé à la partie officielle et aux séances publiques, les autres fonctions (salles de réunion des commissions, bureaux de la Présidence et du Greffe, bibliothèque, salles de lecture, archives, bar/restaurant, imprimerie, locaux techniques) sont donc intégrées dans les maisons Printz et Richard.

Comme lors des travaux de gros œuvre, il avait été constaté que la qualité de la construction ne permet tait pas de maintenir en place la char pente de la toiture et les planchers en bois du premier étage. D’importants ouvrages en béton armé ont dû être réalisés pour assurer la stabilité.

Par ailleurs, les agencements inté rieurs ont été adaptés en fonction des exigences particulières de la Chambre des Députés, notamment en ce qui concerne la nécessité de mettre à disposition une infrastruc ture garantissant une retransmis sion des débats et manifestations qui ont lieu dans la salle de séance. Ceci a eu un impact important sur les aménagements intérieurs et plus particulièrement les décors qui ont dû être reconsidérés en tenant compte des exigences techniques très particulières et de l’aménage ment d’un équipement multimédia souhaité par le Bureau de la Chambre des Députés.

Maisons Printz et Richard

1. Description de la situation avant travaux

1.1. Situations urbanistique et architecturale

Le site correspond au quadrilatère délimité par la rue de l’Eau, la rue du Marché-aux-Herbes, la rue du Saint- Esprit et le quatrième côté en mitoyenneté avec le reste de l’îlot, d’une superficie de 9 a 89 ca. Le pro jet général d’aménagement de la Ville de Luxembourg avait classé cet îlot dans le secteur protégé de la Vieille Ville. Celui-ci demandait de préserver et de restaurer l’aspect extérieur des constructions exis tantes. Dans cet objectif, une analyse fine de la substance bâtie de l’en semble des maisons Printz et Richard avait été réalisée.

Selon cette étude, le parcellaire tel qu’il ressort des volumes bâtis, mis à part les ajouts ultérieurs, se pré sente encore tel qu’il était à la fin du XVIIIe siècle. Suivant les relevés de 1802, aucune démolition n’a été entreprise, mais les bâtiments ont subi des ajouts de surélévation et de recouvrement de courettes inté rieures, soit une densification continuelle de l’îlot. L’étude reflète la situation architecturale de l’en semble des bâtiments repris dans le projet d’aménagement pour la Chambre des Députés. Quelques éléments principaux de cette étude sont repris ci-après.

La maison Richard présente les carac téristiques stylistiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Néanmoins, suivant la volumétrie générale, le bâtiment a probablement subi un remaniement radical au XVIIIe siècle et l’on a réuni deux maisons acco lées. A une époque plus récente, la courette centrale a été transformée en vestibule de circulation. Le bâti ment comportait encore la plupart de ses dispositions d’origine tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. La façade sur rue a perdu en finesse car une partie de la modénature ancienne a été effacée et recouverte par des réfections d’enduits et des ravale ments successifs. La composition de la façade n’était plus très équilibrée et se trouvait abâtardie. La maison Printz est constituée de deux bâti ments accolés datés de 1634. La volu métrie n’a pas changé, mais les façades et les intérieurs ont été remaniés au cours des années.

Les modifications des façades, au début du XIXe siècle et dans les années 1950, ont également abâtardi l’ensemble architectural de ces deux bâtiments. L’état actuel des deux bâtiments, formant le coin entre la rue du Marché-aux- Herbes et la rue du Saint-Esprit résulte de nombreux remaniements - dont celui de 1964- 1965. Il ne subsiste plus d’éléments architecturaux anciens et les façades ont été complètement modifiées. L’aile jouxtant ces deux bâtiments donnant sur la rue du Saint-Esprit servait d’habitation. Elle a également été considérablement remaniée, y compris dans sa volumétrie.

Les éléments visibles de son état d’origine sont les fenêtres aux 1er et 2e étages sur la rue du Saint-Esprit. Les bâtiments à l’arrière de la maison Richard donnant sur la rue du Saint- Esprit datent quant à eux du XVIIIe siècle. Ceux-ci ont conservé un rez- de- chaussée voûté en berceau. L’élé ment de la façade avec la porte cochère est la caractéristique d’une typologie ancienne dans ce secteur de la Vieille Ville.

1.2. Etat des lieux

Les travaux de transformation et d’agrandissement de l’Hôtel de la Chambre des Députés, ont pour objet l’agencement des fonctions offi cielles et publiques tandis que les maisons Richard et Printz abritent les fonctions administratives. La liaison entre les deux bâtiments est assurée par une passerelle surplombant la rue de l’Eau. L’état des bâti ments ne permettait pas l’implanta tion rationnelle de l’ensemble des fonctions dévolues à l’îlot Printz et le programme donné imposait un rema niement des espaces intérieurs. Ces transformations ont permis de répondre aux exigences fonction nelles, techniques ainsi qu’aux exi gences de sécurité et de circulation des personnes à mobilité réduite.

2. Conception du nouveau projet

2.1. Conception architecturale et constructive

Un des objectifs principaux du pro jet consiste à sauvegarder le patri moine architectural rencontré par une restauration valorisante du cadre ancien. Le projet tient compte de l’ensemble des remarques reprises dans l’analyse fine de 1995. La majeure partie des bâtiments a été restaurée dans le respect opti mal de leur structure en conservant la volumétrie originale, les élé ments déficients ont été reconsti tués en référence à leur état en 1802 suivant les informations rele vées par ladite analyse.

Bâtiment A (Maison Richard)

Les façades avant et arrière ainsi que les façades donnant dans la cour inté rieure ont été restaurées et remises dans leur état initial.

Les planchers en bois et plafonds existants ont été remplacés par des dalles béton.

La charpente en bois a été restaurée, les pièces défectueuses réparées et la couverture renouvelée avec ajout de lucarnes pour mise en place d’un éclairage naturel dans les locaux sous toiture.

Pour améliorer l’accessibilité des étages supérieurs, l’escalier en bois existant a été restauré, mis en conformité (hauteur du garde- corps) et prolongé vers les étages supérieurs. Au niveau de la sécurité, cet escalier en bois a été dédoublé par de nouveaux escaliers en béton situés dans l’ancienne maison Printz 2 (bâtiment B). Les éléments présen tant une valeur artistique tels que portes, moulures, cheminées ainsi que toute autre décoration ont été conservés et restaurés.

La terrasse vers la vallée de l’Alzette a été mise en valeur. Ce bâtiment abri te également aujourd’hui deux ascenseurs qui desservent tous les niveaux des immeubles à l’exception de la maison Printz 1 (bâtiment C).

Bâtiment B (Maison Printz 2)

Vu l’état défectueux de ce bâtiment, le projet prévoyait d’importants travaux de renouvellement de la structure intérieure ainsi que la réalisation d’une nouvelle cage d’escalier en béton et d’une nouvelle toiture. Ce bâtiment abrite également un groupe sanitaire.

Les façades avant et arrière ont été restaurées et remises dans leur état initial.

Les différents niveaux sont desservis par un ascenseur à double accès.

Bâtiment C (Maison Printz 1)

La structure intérieure de ce bâtiment a été sauvegardée en majeure partie.

Les planchers ont été remplacés par des dalles BA et les plafonds en staff ont été refaits.

La charpente a été restaurée, une nouvelle couverture mise en place et des lucarnes ont été ajoutées. Les façades rue de l’Eau et rue du Mar ché-aux-Herbes ont été restaurées et remises dans leur état initial.

Bâtiment D

Ce bâtiment ne représentait aucune valeur architecturale à sauvegarder.

Le projet proposait la démolition des constructions existantes avec recons truction à cet endroit d’un bâtiment à caractère contemporain qui se diffé rencie du contexte architectural tout en gardant les ratios et proportions des bâtiments anciens.

Le nouveau bâtiment a un revête ment de façade en pierres naturelles.

Bâtiment E

Démolition de la structure intérieu re de ce bâtiment permet l’implanta tion d’une nouvelle cage d’escalier en béton et d’un nouveau noyau sanitai re. En raison d’un raccord esthétique avec les constructions voisines, le niveau de la corniche a été rehaussé. La façade ainsi que la toiture ont été restaurées et remises en leur état initial.

Bâtiment F (arrière de la maison Richard)

D’importants travaux de démolition intérieure ont été nécessaires afin de garantir la stabilité et de permettre la nouvelle fonction de ce bâtiment. Les façades avant et latérale ont été rehaussées et restaurées selon leur état initial L’encadrement de la porte cochère donnant sur la rue du Saint-Esprit a été restauré.

La forme de la toiture est la même que celle du bâtiment initial au XVIIIe siècle.

Bâtiment G

La façade et l’encadrement de la porte cochère ont été restaurés. La porte même a été reconstituée sui vant l’état initial.

La terrasse existante a été restaurée et aménagée en terrasse jardin.

Situation générale de l’ensemble des bâtiments

Le projet prévoyait la restauration des caves voûtées existantes des bâti ments A, B et C, de la bibliothèque ainsi que la construction d’un 2e sous sol pour les locaux techniques en des sous des bâtiments D, E, F et G et sous la majeure partie du bâtiment A.

Toutes les façades et toitures ont été reconstituées selon des plans de l’ana lyse fine qui montre leur état en 1802. La reconstitution des toitures selon la volumétrie ancienne comprend en outre le rajout de lucarnes pour éclai rer les locaux sous les combles.

Passerelle

Le projet prévoyait une liaison piéton ne couverte avec l’antichambre de la salle des séances de l’Hôtel de la Chambre au niveau du 1er étage. Cette passerelle a un aspect contemporain illustré par une transparence maxi male. Cette transparence assure à la passerelle un caractère de légèreté et de modestie de façon à ne pas rivali ser avec l’architecture des bâtiments anciens qu’elle relie et à s’«effacer» vis-à-vis leur architecture.

2.1.1. Gros œuvre

Installation de chantier et travaux préparatoires

Etant donné l’étroitesse du site, une partie des installations de chantier (baraquements, aires de stockage,...) a été prévue en surélévation sur la rue de l’Eau. Dans les rues longeant les travaux, des trottoirs provisoires avec clôture et auvent étanche ont été aménagés.

Travaux de sondages

Préliminaires aux travaux de cons truction proprement dits, les travaux de sondage visent à évaluer l’état et les caractéristiques des murs, des planchers et des voûtes (remplissage sur voûtes), surtout dans la partie des bâtiments à restaurer.

Travaux de démolition

Les bâtiments situés à la jonction de la rue du Marché-aux-Herbes et de la rue du Saint-Esprit ont été entière ment démolis et reconstruits.

Les menuiseries intérieures conser vées dans l’aménagement des bâti ments telles que portes, cham branles, lambris, plinthes moulurées ont été démontées, stockées, res taurées et remises en place lors des travaux de parachèvement, ou pro tégées pendant la durée des travaux de gros œuvre et de fermeture des bâtiments.

L’ensemble des murs et des plafonds ont été décapés après prise d’em preintes des moulures en plâtre. Les corniches en pierres existantes ont également été nettoyées et réparées ou refaites à l’identique suivant le cas.

Dans les bâtiments à restaurer, les travaux de démolition compre naient différents murs, piliers, plan chers et toitures à supprimer ainsi que les voûtes à transformer.

Travaux de stabilisation de la fouille

Le long de la fouille à exécuter pour la construction du nouveau bâtiment D, la stabilité de la rue du Marché-aux- Herbes et de la rue du Saint-Esprit ont été assurées par un voile en béton armé réalisé par phases successives et ancré dans la roche à l’aide de tirants.

Afin d’étanchéiser les murs enterrés des bâtiments longeant la rue de l’Eau, on a réalisé une fouille stabili sée par un mur berlinois.

Travaux de reprise en sous-œuvre, travaux de stabilisation et de rénova tion des murs, planchers et voûtes

L’aménagement d’un deuxième sous-sol sous les bâtiments exis tants imposait une reprise en sous œuvre des murs en maçonnerie de moellons par du béton armé. Aux étages de ces bâtiments, différentes reprises en sous-œuvre des murs à l’aide de profilés métalliques ont été nécessaires pour réaliser des ouver tures dans ces murs.

De plus, il était indispensable de stabi liser les pignons des bâtiments à res taurer avant de démolir les construc tions adjacentes (bâtiments D et E).

Comme plusieurs dalles et planchers ont été démolis à l’intérieur même des bâtiments à restaurer, les murs en maçonnerie de moellons ont dû éga lement être stabilisés par une char pente en acier (profilés et tirants).

Enfin, les planchers en bois à conser ver ont été être protégés durant les travaux de gros œuvre avant d’être rénovés, nettoyés et traités à l’aide de produits fongicides et insecticides.

Travaux de terrassement et de remblai

Dans la partie des bâtiments à reconstruire entièrement, un terras sement général a été effectué à l’ai de d’engins mécaniques (éclateurs chimiques ou hydrauliques). Sous les bâtiments existants, les terrasse ments dans la roche ont été réalisés au moyen de marteaux piqueurs. Sous le radier de fond, une couche d’égalisation est formée de remblais en concassés de carrière. Après répa ration, les voûtes à conserver ont également été remblayées avec de l’argex en vrac.

Travaux d’étanchéité, d’assainisse ment et de drainage

Au premier sous-sol, dans la biblio thèque (bâtiment A) et dans les ves tiaires (bâtiment C), les murs exté rieurs sont étanchéisés par des injections en surface puisque ces murs en moellons restent vus après restauration. Sur les murs du bâti ment G (livraison) et de la pièce des compteurs eau/gaz (bâtiment A), un mortier d’assainissement a été appli qué. Tous les autres murs enterrés extérieurs sont accessibles au moins d’un côté qui ne reste pas apparent au terme des travaux, et ils sont étanchéisés à l’aide de membranes soudées à la flamme, protégées par des membranes drainantes. Un réseau de drainage a été réalisé au pied de tous les murs extérieurs, y compris les raccordements à la cana lisation existante.

Plus particulièrement, la membrane d’étanchéité est appliquée du côté extérieur sur les murs enterrés dans la rue de l’Eau. Une paroi drainante de type «Porwand» protége la membra ne en vue du remblayage de la fouille.

L’étanchéité de la nouvelle construc tion (bâtiment D) est appliquée du côté intérieur sur le voile de stabilisa tion de la rue respectivement sur le voile de support bétonné contre la roche. Après la pose d’une membrane de protection, le mur porteur en béton armé est alors construit contre celle-ci.

D’une manière analogue, l’étanchéité des murs extérieurs du deuxième sous sol sous les bâtiments existants est posée contre le mur en béton de reprise en sous-œuvre et protégée par une membrane en plastique et un voile en béton armé. Finalement, des injections sont prévues dans tous les murs exté rieurs existants au niveau du premier sous-sol, afin d’empêcher une ascen sion d’humidité dans le mur.

Travaux de béton armé

Dans la nouvelle construction (bâti ments D et E), les fondations, dalles, escaliers, coques de toiture, piliers, poutres et divers murs porteurs sont réalisés en béton armé. Dans les bâti ments à restaurer, les murs porteurs et le radier de fond du deuxième sous-sol sont exécutés en béton armé, de même que différents esca liers, dalles, murs porteurs et poutres aux autres étages.

Travaux de maçonnerie portante

Les travaux de maçonnerie compren nent tant la construction de nou veaux murs porteurs que la fermetu re d’ouvertures dans les murs existants. Les murs apparents sont réalisés en moellons, les murs non apparents en briques de ciment.

Travaux de charpente en bois

Ces travaux comprennent la rénova tion des charpentes existantes et l’échange des pièces en bois non réuti lisables ainsi que le démontage des charpentes existantes et la réalisation de nouvelles charpentes apparentes pour différentes nouvelles toitures.

Passerelle

Une passerelle en inox permet le passage de l’Hôtel de la Chambre des Députés aux bâtiments de l’îlot Printz.

2.1.2. Fermeture des bâtiments

Les charpentes des bâtiments conser vés ont été restaurées, des planches en chêne ont été replacées sur les chevrons existants afin de refaire un chevronnage pour une nouvelle cou verture en ardoises naturelles.

Le nouveau bâtiment (bâtiment D) a une couverture en ardoises natu relles sur coque en béton.

Les menuiseries extérieures sont en bois avec double vitrage. Elles ont été réalisées suivant le relevé des façades de 1802. Les fenêtres du bâtiment D sont métalliques de type mur rideau avec stores extérieurs. La porte d’entrée de la maison Richard a été restaurée et les nouvelles portes sont réalisées en bois en res pectant la typologie ancienne des façades.

Les façades ont été entièrement déca pées et nettoyées pour permettre un nouvel enduit. Un soubassement en pierre naturelle a été prévu. La façade du bâtiment D est en pierres natu relles agrafées avec isolation.

2.1.3. Parachèvement

Les plafonds en staff ont été refaits d’après les relevés et empreintes exécutés lors des travaux prépara toires. Les cloisons en plaques de plâtre ont une finition vitrée si elles sont en contact avec des moulures au plafond et aux murs. Les ferron neries intérieures sont de style contemporain s’harmonisant avec les éléments anciens. Les planchers et parquets des maisons Printz et Richard ont été restaurés.

Le hall d’entrée, les salles de lecture, la bibliothèque et les nouveaux escaliers sont revêtus de pierres naturelles.

Les locaux sanitaires ont des revête ments en carrelage au sol et aux murs.

Pour des exigences fonctionnelles (techniques et acoustiques), il a été prévu un faux plancher et un tapis en dalles dans le nouveau bâtiment. L’escalier de la maison Richard a été restauré et les garde-corps ont été mis en conformité avec les règle ments de sécurité. L’escalier menant au 3e étage a été réalisé de la même manière que l’escalier existant.

Les portes et les lambris en bois ont été restaurés après démontage et remis en place ou refaits à l’iden tique le cas échéant. Les salles de commissions dans le nouveau bâti ment ont des lambris en bois acous tique ainsi qu’un faux plafond revê tu d’un enduit acoustique. Les portes ont été exécutées dans la même essence de bois que les lam bris. Les portes des locaux tech niques dans les parties non acces sibles au public sont en métal peint.

Les bureaux et autres locaux de fonc tion ont un revêtement en fibres de verre avec une peinture acrylique. Les peintures des bureaux de la Présiden ce ont une finition de qualité. Les ter rasses et la toiture-terrasse sont agrémentées de bacs plantés.

2.2. Conception technique

Définition des installations techniques

Dans les maisons Printz et Richard, les planchers et les parquets ont été conservés, restaurés ou remplacés selon les besoins. Les locaux sont chauffés par des radiateurs ou venti lo-convecteurs et l’apport d’air neuf se fait par les fenêtres, sauf dans les locaux prévus pour un nombre plus important de personnes et les locaux sans fenêtre qui seront ventilés arti ficiellement. L’ensemble des locaux à usage prolongé de personnes est équipé de ventilo- convecteurs assu rant une circulation d’air rafraîchi. Le nouveau bâtiment (bâtiment D) est équipé d’une ventilation rafraîchie sans traitement d’air. L’air neuf de l’extérieur est échangé pour récupé rer et économiser l’énergie. Les locaux techniques sont regroupés au 2e sous-sol et au 3e étage. L’alimen tation électrique de l’îlot Printz est réalisée par le poste de transforma tion de l’Hôtel de la Chambre.

2.2.1. Installations thermiques et sanitaires

Installations de chauffage

Une centrale thermique, se compo sant de deux chaudières à conden sation avec brûleurs au gaz, fournit l’énergie pour chauffer le bâtiment. Les locaux annexes comme toilettes, couloirs, hall d’entrée, bar, imprime rie et vestiaires sont équipés de radiateurs ou de convecteurs.

Installation de conditionnement d’air dans les bureaux

Des ventilo-convecteurs avec batte rie de chauffe et de refroidissement servent au maintien d’une tempéra ture ambiante agréable dans les bureaux. Un réglage individuel par thermostat permet aux occupants de choisir la température intérieure qu’ils désirent. Le renouvellement d’air est réalisé par un apport d’air neuf naturel par les fenêtres.

Ventilation réfrigérée des salles de réunion

Les locaux qui recevront un plus grand nombre de personnes, comme les salles de réunion, ainsi que tous les locaux qui n’ont pas d’accès direct vers l’extérieur, comme la biblio thèque, la salle de lecture ou l’impri merie, sont ventilés à partir de cen trales de traitement d’air individuelles qui réchauffent, filtrent et refroidis sent l’air neuf.

Production d’eau glacée

Un groupe d’eau glacée fonction nant à l’ammoniac, produit le froid nécessaire en été pour réfrigérer les locaux. Le groupe est placé sur la toi ture plate du nouveau bâtiment. Il est relié à une tour d’eau de refroi dissement fermée située sur le même niveau. Cette tour sert au dégagement de la chaleur récupérée de l’intérieur du bâtiment.

Distribution de chaud et de froid

A partir des centrales de production chaud et froid, l’énergie est trans portée aux appareils dans les diffé rents locaux par des tuyaux en acier noir pour l’eau chaude du chauffage et en polyéthylène pour l’eau froide du refroidissement.

Régulation

La technique des deux bâtiments, l’Hôtel de la Chambre des Députés et l’îlot Printz, est gérée à partir d’une gestion centralisée qui est installée dans la loge de l’huissier à l’Hôtel de la Chambre. Chaque local technique est équipé d’une sous-station, qui est reliée par câble à la centrale.

Récupération et gestion d’énergie

L’énergie de l’air extrait, soit du froid soit du chaud, est échangée pour chauffer ou refroidir l’air neuf aspiré de l’extérieur. Par ce système, une récupération d’énergie de plus de 60% peut être réalisée. Pour éviter un fonctionnement inutile en hiver pour le froid, ou en été pour le chaud, un contrôle des températures et humidi tés extérieures et intérieures, permet de profiter au maximum des disponi bilités en énergie, pour une gérance des conditions avec un minimum de perte. Une économie de 10% en énergie en est la conséquence.

Installations sanitaires et protection incendie

Tous les appareils sanitaires et acces soires sont de première qualité, modèle standard. L’entrée de l’eau est pourvue d’un filtre. La production d’eau chaude est centrale et raccor dée au chauffage. La température s’élève à 45° C pour le réseau général et 55° C pour la cuisine. Les évacua tions des eaux usées et eaux plu viales sont conçues suivant les pres criptions de la Ville de Luxembourg.

Les eaux usées de la cuisine passent par un débourbeur et séparateur de graisse.

Installation de cuisine

Il s’agit uniquement d’une cuisine de remise en température, ce qui veut dire que les plats sont livrés finis et ensuite réchauffés sur place avant d’être servis.

2.2.2.Installations électriques

Transformateur

L’îlot Printz est alimenté en électrici té par le poste de transformation situé au sous-sol de l’Hôtel de la Chambre des Députés. Un câble de distribution d’énergie permet d’ali menter le tableau général basse ten sion de l’îlot Printz.

Groupe électrogène

Un groupe électrogène d’une puis sance de 250 KVA est installé au 2e sous-sol de l’îlot Printz. En cas de panne du réseau moyenne tension, ce groupe de secours reprend auto matiquement les charges électriques destinées à la sécurité du bâtiment et des personnes, à savoir:

- l’ensemble de l’éclairage de sécurité

- les installations techniques de sécurité

- la remise à 0 des ascenseurs ainsi que l’onduleur statique pour l’équi pement informatique. Les autres installations (cuisine, groupe de froid,...) ont délestées jusqu’au re tour du réseau moyenne tension.

Pour délester le groupe électrogène du Palais, tous les consommateurs électriques de l’Hôtel de la Chambre des Députés, alimentés en courant secouru (100 KVA), sont également raccordés au groupe de l’îlot Printz.

Installation d’alimentation statique sans coupure

L’ensemble des équipements infor matiques est alimenté par l’alimenta tion statique sans coupure de l’Hôtel de la Chambre des Députés. Dans le cadre du projet de rénovation de la Chambre des Députés, cette installa tion de 40 KVA a été dimensionnée de façon à avoir une réserve de 20 KVA pour les besoins de l’îlot Printz.

L’alimentation des éclairages de panique

L’alimentation des éclairages de panique et d’orientation est assurée par un système de batteries centrales. Ce système dispose d’une unité de commande et de surveillance permet tant un contrôle automatique de tous les composants:

- état de service du central,

- état de service des batteries d’accumulateurs,

- état de service des luminaires.

L’autonomie du système est d’une heure.

Prise de terre et installation para foudre

Une prise de terre en acier galvanisé est posée autour des fondations de l’îlot. Le tableau principal, les ascen seurs ainsi que toutes les conduites de fluide sont raccordés à cette terre. Le bâtiment est équipé d’une instal lation extérieure de parafoudre.

Distribution

Le tableau principal basse tension est alimenté par le poste de trans formation, et en cas de panne de réseau, par le groupe électrogène. Il est constitué d’armoires en tôle d’acier placées au sous-sol. A partir de ce tableau sont alimentés les dif férents tableaux secondaires. Les liaisons entre le tableau principal et les tableaux secondaires se font :

- pour le câblage horizontal, dans des chemins à câbles;

- pour le câblage vertical (dans les gaines techniques) sur des échelles à câbles.

Les câbles sont dimensionnés de façon à garantir une chute de ten sion maximale de 1,5% pour l’éclai rage et de 3% pour la force. L’en semble des câbles utilisés est du type sans halogénure. Le câblage des installations de sécurité est réa lisé de manière à garantir une conti nuité de fonctionnement de 30 ou 90 minutes (selon les besoins). La distribution horizontale sur les dif férents niveaux se fait à partir de chemins de câbles situés dans les faux plafonds et de gaines de sol dans la chape.

Appareillage (électrique, prises et divers)

Les appareils utilisés sont du type standard et adaptés à leur environ nement. Pour les locaux techniques, l’appareillage est de construction robuste possédant au minimum une protection IP 44.

Eclairage

Le niveau d’éclairement des diffé rentes pièces est conforme aux pres criptions de l’ITM. Afin de garantir un bon confort visuel et ainsi préve nir une fatigue des yeux, une atten tion particulière a été portée sur l’uniformité de l’éclairement (valeur moyenne 1:1,5).

Eclairage de secours

L’éclairage de panique et d’orienta tion est réalisé avec des luminaires avec pictogrammes, raccordés à une batterie d’accumulateurs centrali sée qui garantit une commutation presque instantanée en cas de panne du réseau. Le câblage de l’éclairage de secours et de panique est réalisé de manière à garantir une continuité de la fonction durant une heure en cas d’incendie.

Les luminaires de panique équipés de tubes fluorescents 8 W sont placés au- dessus des portes de dégagement et dans les cages d’escaliers pour bali ser et signaler les chemins de fuite.

Dans la mesure du possible, le tracé des câbles d’alimentation et de com mande pour l’éclairage de sécurité est choisi de façon à être séparé et proté gé du feu par rapport au câblage basse tension. Dans le cas contraire, ce câble est choisi pour assurer en cas d’incendie la continuité de la fonction durant une heure, y compris dans le compartiment coupe-feu même où est situé le luminaire.

La commande de l’éclairage est conçue pour fonctionner dès qu’un tableau de distribution se trouve hors tension.

Dans les locaux sans éclairage natu rel, l’éclairage de panique est allumé en permanence.

Installation de détection incendie

Le bâtiment est équipé d’une installa tion d’alarme incendie intégrale rac cordée à l’installation de détection de l’Hôtel de la Chambre des Députés. Le central de détection avec système de gestion par microprocesseur permet de connaître l’identité du détecteur qui est déclenché et l’état général du réseau.

Des détecteurs automatiques d’in cendie sont placés dans tous les locaux techniques, dans les locaux de stockage, l’imprimerie, les archives, les cages d’escalier, les bureaux, les couloirs, les salles de commissions, le bar et les bureaux. Ils sont adaptés aux risques.

Des poussoirs d’alerte sont placés près des armoires d’incendie et près des sorties.

Des contacts de maintien sur les portes coupe-fumée sont libérés à la fermeture en cas d’alerte.

Le contrôle des asservissements nécessaires en cas d’incendie est également assuré par le central

- retour des ascenseurs au niveau de sortie,

- contrôle des installations de ventilation.

Les câbles nécessaires à l’alimenta- tion des asservissements garantis- sent une continuité de la fonction durant une heure en cas d’incendie.

Installation téléphonique

Une extension du central télépho nique situé dans le bâtiment actuel de la Chambre des Députés est pré vue avec postes téléphoniques dans tous les bureaux, salles de commis sions, etc.

Câblage téléphonique et informatique

Le câblage téléphonique et informa tique des différentes places de tra vail est réalisé par un câble S/FTP (Shielded & Foiled Twisted Pair) de catégorie 5. Ce type de câble a le grand avantage de pouvoir être utili sé pour la transmission de données informatiques ainsi que pour des transmissions téléphoniques.

Chaque place de travail est équipée de 3 éléments «multifonctionnels». En fonction des besoins de l’utilisa teur, chacun de ces éléments peut être équipé: d’une prise RJ 45 pour l’informatique, ou d’une prise RJ 11 double pour le téléphone.

Alarme intrusion

Chaque accès extérieur du bâtiment est surveillé par caméra et est équipé d’un poste vidéo-parlophone. Le poste parlophone intérieur ainsi que les moniteurs visualisant les prises de vue des caméras sont installés dans la loge portier.

Les prises de vue des caméras exté rieures sont enregistrées par magnétoscope de surveillance.

Tous les locaux situés côté rue sont surveillés par des détecteurs de mouvement raccordés à un central de détection intrusion.

Réception TV/Radio

Les locaux suivants sont équipés de prises TV/radio raccordées au réseau de télédistribution:

- les salles de lecture au 1er sous-sol,

- les salles de commissions au rez-de-chaussée,

- le bar des députés au rez-de- chaussée,

- le bar des députés au 1er étage,

- le salon du président,

- les salles de commissions au 1er étage,

- les 5 salles des groupes parlemen taires au 3e étage.

Installation de sonorisation

Les locaux énumérés ci-avant sont raccordés à l’installation de sonori sation de l’Hôtel de la Chambre des Députés. Tous ces locaux sont équi pés de haut-parleurs et de tableaux de commande équipés:

- d’un sélectionneur de salle (salle de séance ou parloir) et de langue,

- d’un bouton permettant de régler le volume,

- d’une prise pour écouteur ainsi qu’une prise d’enregistrement.

Un ordinateur surveille le bon fonc tionnement de l’installation. En cas de panne d’un amplificateur de puissance, un amplificateur de réserve prend la relève de l’amplifi cateur défectueux. La panne appa raît sur l’écran de l’ordinateur de l’Hôtel de la Chambre des Députés et est imprimée sur le protocole.

L’installation est également utilisée pour la transmission de messages d’alarme.

Installation de traduction simultanée

Les deux salles de commissions au 1er étage sont équipées d’une instal lation de traduction simultanée pour deux langues.

L’installation comprend les sélecteurs de langue et casques d’écoutes ainsi que l’équipement pour deux cabines de traduction.

2.2.3. Installations d’ascenseurs

a) Ascenseur de personnes Type: électrique

Niveaux desservis: - 2, -1, RDC, 1, 2, 3 Ascenseur sans local machines.

b) Ascenseur de personnes Type: électrique

Niveaux desservis: -1, RDC, 1, 2 Ascenseur panoramique hydraulique Machinerie située à côté de la gaine au 2e sous-sol

c) Monte-charges Type: électrique Niveaux desservis: -2, -1, 0 Ascenseur sans local machines.

d) Plate-forme pour personnes se déplaçant en chaise roulante Nombre: 1 unité pour différence de niveaux entre les différents bâti ments de l’îlot

e) Plate-forme élévatrice Nombre: 1 pour différence de niveaux dans le garage

f) Monte-plats

Niveaux desservis: -2, -1, RDC, 1, 3.

Programme de construction

Il comprend des salles de réunions pour commissions parlementaires, des salles pour groupes parlemen taires, une bibliothèque dans les caves voûtées du 1er sous-sol et un bar pour les députés. L’ensemble abritera également les différents ser vices administratifs de la Chambre des Députés, à savoir les bureaux du secrétariat, de la comptabilité, du compte-rendu de séances, etc.

Le complexe servira de siège de tra vail pour le Président de la Chambre des Députés ainsi que pour ses ser vices. Outre les fonctions décrites ci dessus, le projet comprendra en sous-sol tous les locaux de service et de techniques nécessaires au bon fonctionnement de l’ensemble ainsi qu’une petite imprimerie interne. Surfaces nettes des locaux Bureaux, salles de commissions et locaux annexes .

Share this post