Newcom s.a.r.l
Home
 
CFL - Entretien avec Alex Kremer directeur général Imprimer Envoyer

Tags: Luxembourg

Magazine Echo 2009-2

17-cfl-alex-kremerJe tiens d'abord à préciser qu'il s'agit du 150e anniversaire du rail et non des CFL. Le but du rail est depuis le départ de permettre la mobilité des biens et des personnes. Le rail a joué un rôle déterminant dans l'essor de l'industrie lourde. C'est d'ailleurs, dans les premiers temps, le mariage réussi entre l'industrie lourde et le chemin de fer qui a permis le développement économique de notre pays. C'est ce développement économique qui nous a permis d'avoir le niveau de vie que nous avons aujourd'hui, niveau de vie qui a d'ailleurs aussi permis le développement de l'automobile. Pensez qu'il n'y a pas si longtemps il n'y avait qu'une voiture par village alors qu'il y en a 3 par famille aujourd'hui. Pour la petite anecdote...

17-cfl-alex-kremer

17-cfl-alex-kremer

Entretien avec Alex Kremer directeur général JOER EISEBUNN ZU LËTZEBUERG À l'occasion du 150e anniversaire du chemin de fer

Echo:

Quel est votre sentiment à l'occasion de ce 150e anniversaire?

Alex Kremer:

Je tiens d'abord à préciser qu'il s'agit du 150e anniversaire du rail et non des CFL. Le but du rail est depuis le départ de permettre la mobilité des biens et des personnes. Le rail a joué un rôle déterminant dans l'essor de l'industrie lourde. C'est d'ailleurs, dans les premiers temps, le mariage réussi entre l'industrie lourde et le chemin de fer qui a permis le développement économique de notre pays. C'est ce développement économique qui nous a permis d'avoir le niveau de vie que nous avons aujourd'hui, niveau de vie qui a d'ailleurs aussi permis le développement de l'automobile. Pensez qu'il n'y a pas si longtemps il n'y avait qu'une voiture par village alors qu'il y en a 3 par famille aujourd'hui. Pour la petite anecdote, j'étais en Slovaquie il y a 4 ans et il était très intéressant de constater qu'ils suivent un pro- cessus similaire à celui que nous avons connu. Pour l'instant, les gens gagnent du pouvoir d'achat et de la liberté, ce qui fait qu'ils achètent massivement des voitures. Les routes s'engorgent et il faut en construire de nouvelles, mais par expérience, nous savons qu'il n'y aura jamais assez de routes. Pour l'instant, en Slovaquie, les trains sont vides. Cependant nous savons qu'ils devraient d'ores et déjà prévoir de la place pour des trains supplémentaires. Ils sont dans la même situation que nous dans les années 50.

Echo:

Le chemin de fer luxembourgeois sort d'une période assez difficile…

Alex Kremer:

Nous avons eu une période difficile entre les années 1975 et 2000. A ce moment, l'essentiel des investissements concernait les infrastructures routières. C'est au point qu'on a même parlé à un moment de supprimer le trafic«voya- geur». La pression des syndicats a fait que cela ne s'est pas fait, fort heureusement d'ailleurs! Aujourd'hui, avec tous les travailleurs frontaliers, la demande en transport publics explose. On a ainsi dû investir dans du nouveau matériel confortable. Nous avons fortement amélioré l'infrastructure existante. Aujourd'hui les trains peuvent par exemple rouler dans les deux sens sur chacune des deux voies.

Echo:

Sans compter les nombreux projets de construction…

Alex Kremer:

Il y a effectivement le démarrage de la construction de la nouvelle ligne vers Findel et Kirchberg, l'extension de la gare de Luxembourg en cours, la construction de la gare de Belval, etc. On a aussi augmenté la capacité des trains en utilisant des wagons. On ne cesse de créer des capacités nouvelles pour pouvoir accueillir plus de voyageurs. Nous avons connu une augmentation de 25% du nombre de voyageurs, 66% pour le trafic transfrontalier, les dernières années. Le souci avec une infrastructure lourde comme le rail, est qu'il faut prévoir les besoins longtemps à l'avance. Si on attend que le besoin devienne pressant pour avoir une décision politique, la réponse apportée au problème intervient trop tard car il faut du temps pour avoir les différentes autorisations et pour construire.

Echo:

Et qu'en est-il de la libéralisation du marché?

Alex Kremer:

Le fret est déjà libéralisé et le voyageur sera libéralisé l'an prochain. La libéralisation représente des contraintes pour une entreprise comme la notre, car elle implique un grand nombre de changements. Pour le fret, nous avons créé CFL Cargo et CFL Mul-timodal. Nous sommes passé les dernières années de 30 à 120 personnes dans le multimodal. La décision de sortir le fret de la maison mère a été prise en octobre 2006. Depuis, CFL s'occupe exclusivement de la gestion de l'infrastructure et des voyageurs. Notre objectif, avec la libéralisation, est de cumuler les avantages du privé et du public.

Echo:

Comment fait-on pour prévoir à l'avance ce que sera la demande dans les années à venir?

Alex Kremer:

Il y a plusieurs méthodes. A Trèves par exemple, on fait en ce moment des études pour déterminer quelles pour- raient être les nouvelles lignes directement rentables. Au Luxembourg, nous avons une autre méthode. Il s'agit plutôt de mettre en place des trains supplémentaires afin de créer une nouvelle demande. C'est à mon avis la meilleure méthode pour atteindre un modal split de 25/75. Nous avons par ailleurs une forte demande concernant de nouvelles lignes reliant le Kirchberg, Bel-val, etc. Notre avenir est aussi lié au TGV, qui a mis Luxembourg à 2 heures de Paris.

Echo:

Du coup l'avenir est plutôt prometteur?

Alex Kremer:

Le rail a la chance de répondre à la double question de la mobilité et de l'écologie, ce qui, au moins d'un point de vue théorique, permet d'envisager l'avenir avec sérénité. D'un point de vue plus concret, en plus des chantiers précédemment abordés, nous essayons de plus en plus d'aller au-delà de nos frontières. Notre politique au niveau de la Grande Région n'est pas de nous poser en concurrent, mais en collaborateur des autres opérateurs. Pour cela, il nous faut trouver des solutions spécifiques pour chaque passage de frontière, ce qui n'est pas facile du point de vue technique. Entre le Luxembourg, la France, la Belgique et l'Allemagne, il y a 3 courants différents, 4 systèmes de signalisation différents, ainsi que différents gabarits et différents systèmes de sécurité. Il a donc fallu acheter du matériel spécifique adapté aux trois systèmes. C'est très compliqué car il n'existe pas une seule machine qui puisse aller sur les 4 systèmes en même temps. Le maximum possible est une machine qui puisse aller aussi bien en Belgique qu'en France et au Luxembourg. Au Luxembourg, nous sommes ainsi équipés de rames réversibles compatibles avec les différents systèmes.

Echo:

A quand une harmonie européenne à ce niveau?

Alex Kremer:

L'harmonisation se fera très lentement. Si les nouvelles machines sont eurocompati-bles, il faut savoir qu'une locomotive dure une vingtaine d'année en moyennes. Il faudra donc un certain temps avant que l'ensemble du parc roulant ne soit eurocom-patible.

Echo:

Pourriez-vous, pour conclure, nous évoquer votre carrière?

Alex Kremer:

J'ai fais mes études au lycée classique de Diekirch, puis j'ai intégré l'université d'Aix-la-Chapelle, d'où je suis sorti ingénieur en génie civil. A la fin de mes études, en 1973, j'ai bien réfléchi avant d'entrer aux chemins de fer qui cherchaient justement un ingénieur en génie civil. Je suis resté dans le domaine de l'infrastructure jusqu'en 1990. Mon premier grand projet fut le triage unique de Bet-tembourg, puis le renouvellement des lignes. Ensuite, de 1990 à 1997, on m'a demandé de gérer les ressources humaines. Ce fut une expérience très enrichissante sur le plan humain. Je suis ensuite passé au comité de direction, puis on m'a nommé directeur en 2001. J'ai la chance d'avoir eu une carrière passionnante. J'ai connu les années difficiles et de voir que depuis 2000 on travaille à de nouveaux projets et que notre activité ne ce sse de s'accroitre est vraiment très motivant

Share this post

 
 

Magazine Echo - Architecture & Bâtiment

Magazine Echo Nr. 4 de l'année 2012

News image

Dans son livre « Debout l’Europe » coécrit avec Guy Verhofstadt, ex-Premier ministre belge, Daniel Cohn-Bendit veut faire se lever les pro-européens aujourd’hui «...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 109 de l'année 2011

News image

L’immobilier est-il surévalué ? Reste-t-il un bon placement ? On serait à priori tenté de répondre oui et oui, ce qui peut paraître contradictoire....

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 110 de l'année 2011

News image

La crise grecque pourrait-elle influer les prix de l’immobilier au Luxembourg ? Autrement dit les taux d’intérêt des banques vont-ils monter ? Prenons l’hypothèse...

Magazine Echo Nr. 2 de l'année 2011

News image

Si la Grèce touchera la cinquième tranche de son prêt accordé en 2010 par l’UE et le FMI, sa situation n’est pour autant pas...

Magazine Echo Nr. 3 de l'année 2011

News image

C’est en pensant aux vacances, au soleil, que je feuilletais une étude récente de Knight Frank sur les prix de l’immobilier de luxe à...

Magazine Echo Nr. 4 de l'année 2011

News image

Nous voici le lendemain des élections du 9 octobre 2011. A l’heure où cet édito est écrit, les discussions de coalition n’ont pas encore...

Magazine Echo Nr. 5 de l'année 2011

News image

L’euro cause de tous nos maux ? A l’heure où certains parient sur un démantèlement de la zone euro à court terme, il serait...

Magazine Echo Nr. 1 de l'année 2012

Magazine Echo Nr. 2 de l'année 2012

News image

S’il est un sujet plus complexe qu’il n’y parait, c’est bien celui de l’énergie. Il est aisé d’y faire des amalgames aussi fâcheux qu’erronés....

Magazine Echo Nr. 1 de l'année 2011

News image

Depuis plusieurs mois, la réforme qui fait parler est celle de la santé. Après la très médiatique grève des médecins, la mesure que tout...

Magazine Echo Nr. 5 de l'année 2010

News image

Nous voilà déjà en décembre, 2010 fait place à 2011 dans un contexte international mar- qué par de fortes incertitudes. Pas évident dans ces...

Magazine Echo Nr. 4 de l'année 2010

News image

Après la Grèce, l’Espagne, l’Irlande, le Portugal, la France, l’Allemagne, toute l’Europe occi- dentale ou presque, c’est la Grande Bretagne qui annonce son plan...

Magazine Echo Nr. 3 de l'année 2010

News image

Tout le monde est bien conscient que l'Etat doit réduire son train de vie, que les dépenses et les recettes doivent être équilibrées. La...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 107 de l'année 2010

News image

Lorsque l’on voit le nombre de chantiers en cours au Grand-Duché, on se dit que le secteur du bâtiment va bien et comme dit...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 106 de l'année 2010

News image

Avec un taux de vacance qui dépasse les 7%, l’immobilier de bureau luxem- bourgeois connaît une situation inédite. Ce chiffre est cependant à relativiser....

Magazine Echo Nr. 2 de l'année 2010

News image

A peine a-t-on accouché d'une solution pour sortir la Grèce de la crise que l'euro subissait une attaque en règle suite à une simple...

Magazine Echo Nr. 6 de l'année 2009

News image

Une année s'achève, une autre commence. C'est le moment des bilans et des résolutions. Le bilan 2009 n'est pas euphorique et 2010 s'annonce difficile....

Magazine Echo Nr. 5 de l'année 2009

News image

Herman Van Rompuy est le premier président permanent du Conseil Européen. Si les chefs d'état et de gouvernement de l'Union Européenne l'ont préféré à...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 103 de l'année 2009

News image

Herman Van Rompuy est le premier président permanent du Conseil Européen. Si les chefs d'état et de gouvernement de l'Union Européenne l'ont préféré à...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 104 de l'année 2010

News image

Tout le monde est économiste.Dit comme ça, cette phrase peut paraître incongrue, voir stupide. D’aucun vous diront qu’ils ne s’intéressent ni à l’économie, ni...

Popular

Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange