L'énergie importée? Imprimer

Tags: Energie

Magazine Energie au Luxembourg - Articles

L'énergie importée?

L'énergie importée?

J. Krecké:

La consommation finale d'énergie au Luxembourg se répar tit sommairement entre les pro duits pétroliers pour 67%, le gaz naturel pour 16% et l'électricité pour 13%. Le degré de dépendance des importations d'énergie primaire consommée au Luxembourg, donc les produits pétroliers, le gaz naturel ainsi que l'électricité, se situe à 98,19%. Pour pallier cette situation, la politique énergétique du Luxembourg doit cibler ses efforts pour augmenter la sécurité d'approvisionnement, développer la diversifi cation dans les sources d'approvisionnement et entreprendre des efforts supplémentaires pour augmenter la part des énergies renou velables, tout en garantissant un coût énergétique qui n'hypothè quera pas la compétitivité de l'économie luxembourgeoise.

Echo:

L'indépendance énergétique du Luxembourg est-elle possible, est-elle souhaitable? Si oui, dans quels termes et à quel terme?

J. Krecké:

Avec une dépendance d'importation de l'énergie primaire supé rieure à 92%, il est difficilement concevable de s'imaginer que le Luxembourg, dans un avenir proche ou plus lointain, soit en mesure de s'organiser sur son terrain national une indépendance énergétique, aussi souhaitable qu'une telle situation puisse être. Néanmoins, les efforts en direction des économies d'énergies, l'augmentation de l'efficacité énergétique et la production indigène notamment basée sur des sources renouvelables est essentiel le pour nous approcher de pas en pas d'une telle situation idéale.

Echo:

Quelle est la part des énergies renouvelables dans l'énergie consommée au Luxembourg?

J. Krecké:

La part des énergies renouvelables dans la consommation fina le d'énergie se situait à 1,4% en 2008. Si on considère uniquement la consommation finale d'électricité pour la même année, la part de la production d'électricité renouvelable se situait à 4,13%. D'ailleurs l'étude LUXRES concernant notamment le potentiel des énergies renouvelables à Luxembourg, présentée en 2007, conclut que le potentiel des énergies renouvelables au Luxembourg dans un scénario ambitieux ne serait que de 4,5% par rapport à la consommation finale en 2020. D'un autre côté la nouvelle directive relative à la promotion de l'utilisation de l'énergie produite à partir de sources renouvelables prévoit que la part d'énergie produite à partir de sources renouvelables dans la consommation finale d'énergie du Luxembourg corresponde au minimum à 11% d'énergie pro duite à partir de sources renouvelables en 2020. Le Luxembourg sera donc forcé de recourir à des mécanismes de coopération, prévus par la récente directive européenne sur les énergies renouvelables, en collaboration avec d'autres pays européens pour réaliser son objectif en vertu de la prédite directive.

Echo:

Comment voyez-vous l'avenir énergétique du Luxembourg à 5 ans et à 20 ans?

J. Krecké:

L'avenir énergétique du Luxembourg est confiné dans ses grands traits par la politique énergétique, environnementale et cli matique au niveau de l'Union européenne. Ainsi le Conseil européen de printemps 2007 a défini l'objectif ambitieux des «20 20 20 in 2020», c'est-à-dire une réduction des émissions de CO2 de 20% en 2020 par rapport à 2005, une part des énergies renouvelables de 20% en 2020 et une augmentation de l'efficacité énergétique de 20% en 2020. Même au-delà de cette période, les grandes lignes de la politique énergétique du Luxembourg s'inscriront dans le cadre général d'une telle politique au niveau européen. Certes des accents au niveau national restent possibles, souhaitables et nécessaires, notamment concernant la transposition de telles politiques au niveau national. Mais les décisions au niveau euro péen ainsi que les développements internationaux dans le secteur de l'énergie resteront des facteurs prédominants pour la politique énergé tique luxembourgeoise .

Share this post