Entretien avec Jean Lucius Imprimer

Tags: Energie

Magazine Energie au Luxembourg - Articles

Entretien avec Jean Lucius

Entretien avec Jean Lucius

Entretien avec Jean Lucius

Echo:

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs?

Jean Lucius:

J'ai commencé ma carrière auprès de l'Arbed, j'y ai occupé différents postes à l'étranger et à Luxembourg dont celui de directeur commercial pour Trefil Arbed. J'ai ensuite rejoint Soteg dont j'ai pris la direction. Je suis aujourd'hui CEO d'Enovos Luxembourg.

Echo:

Comment s'est passé la fusion?

Jean Lucius:

Pour rappel, Enovos est née de la fusion entre Cegedel S.A., Soteg S.A. et Saar Ferngas AG, trois acteurs majeurs de la distribution d'énergie dans la Grande Région. Si l'on porte un regard sur l'année 2009, on peut constater que malgré un contexte international très difficile, nous avons réussi à garder l'intégralité de nos clients.

Echo:

Quelle est la part des énergies renouvelables dans l'énergie que vous produisez?

Jean Lucius:

L'essentiel de notre production d'électricité vient de la centrale TGV Twinerg d'Esch-sur-Alzette et de différentes centrales de cogénération. Pour l'instant, les énergies renouvelables en tant que telles ne représentent qu'un faible pourcentage de l'énergie que nous produisons. Ce chiffre est cependant amené à fortement augmenter dans les années à venir. Nous avons développé toute une stratégie d'investissement dans le domaine des énergies renouvelables: biomasse, biogaz, photovoltaïque, énergie hydraulique et éolienne, ce dans la Grande-Région et audelà, dans différents pays de l'Union Européenne. Le choix géographique des investissements est influencé par l'attractivité des FIT (Feed-in tarifftarif de rachat en kWh) ainsi que par la disponibilité et la qualité des sources d'énergie renouvelables dans les régions concernées.

Echo:

Quels sont vos objectifs à moyen terme?

Jean Lucius:

Notre objectif est de continuer à augmenter nos ventes de gaz et d'électricité, tout en aidant les gens à consommer moins. Nous sommes déjà actifs dans la vente de gaz naturel en France. En Allemagne, nous comptons dans une première phase augmenter nos volumes vers les grands consommateurs. Ensuite, selon le marché, nous verrons s'il est intéressant ou non de pénétrer le marché du consommateur final. Nous investissons également dans le «upstream», afin d'être plus proches des champs gaziers via des contrats ou des participations.

Echo:

Votre développement se fait donc principalement à l'international?

Jean Lucius:

Au niveau des énergies renouvelables, nous investissons principalement à l'étranger pour des raisons purement techniques. Vu des clients particuliers, l'électricité verte est moins demandée, même si l'écart de prix est minime.notre taux de pénétration du marché luxembourgeois, il est évident que notre croissance se fera principalement à l'international, ce qui n'empêche que nous continuons d'investir sur le marché luxembourgeois. Pour preuve, nous venons d'intégrer Luxgaz dans Enovos, ce qui nous permet aujourd'hui de proposer aux résidents la fourniture du gaz et de l'électricité.

Echo:

Comment voyez-vous l'évolution des prix de l'énergie?

Jean Lucius:

Les prix de l'énergie sont liés au prix du pétrole. A court terme les prix de l'électricité et du gaz devraient être relativement stables. A moyen terme la demande mondiale devrait repartir, ce qui accroitra la pression sur les prix et fera augmenter les tarifs. Si pour l'instant les énergies renouvelables ont besoin de subsides pour se développer, il y a fort à parier qu'à moyen terme le renouvelable deviendra plus compétitif : les prix de l'énergie non renouvelable seront plus haut et l'évolution technologique fera que l'on aura moins besoin d'argent pour financer les projets renouvelables.

Echo:

Comment percevez-vous la présence des autres acteurs luxembourgeois du secteur de l'énergie?

Jean Lucius:

Les autres distributeurs sont également nos clients car nous leur vendons de l'électricité. Nous n'avons aucune hostilité à leur égard.

Echo:

Quelle est la part de l'énergie produite par Enovos sur l'ensemble de l'énergie que vous vendez? Et quelle est la demande en énergie verte?

Jean Lucius:

Nous produisons plus ou moins 25% de l'énergie que nous vendons. Notre but est d'arriver à 50% par des investissements dans des centrales électriques. En ce qui concerne l'énergie verte, nous avons une forte demande au niveau des communes, des administrations et de certaines entreprises. Au niveau

Echo:

Quelques mots pour conclure?

Jean Lucius:

Notre ambition est d'être l'acteur de référence pour la Grande Région et de poursuivre notre croissance de façon maitrisée

Share this post