Luxembourg Energy Office Imprimer

Tags: Energie

Magazine Energie au Luxembourg - Articles

Luxembourg Energy Office

Luxembourg Energy Office

Luxembourg Energy Office

Jean-Paul Wagner administrateur délégué communale est peu adaptée à signer négocier et conclure un grand nombre de contrats et à dresser des comptes comme le font les sociétés. D'où la décision de créer en 2003 leo, une structure dédiée à l'achat et la fourniture d'électricité et de gaz naturel pour la Ville de Luxembourg.

Echo:

Quelles ont été les étapes qui ont jalonné la mise en place de leo?

JP Wagner:

Nous avons commencé en 2003 par mettre en place la structure et le personnel. Ensuite, nous avons commencé à diversifier l'achat d'énergie pour être compétitifs et à avoir une approche commerciale active auprès des clients. C'est en 2004 que nous avons signé nos premiers contrats commerciaux, à la fois au niveau des fournisseurs et des clients.

Echo:

Pourriez-vous nous expliquer comment est né leo?

JP Wagner:

Historiquement, c'était la Ville de Luxembourg qui s'occupait tant du réseau que de la vente d'électricité et du gaz naturel. Il faut dire qu'à l'époque, la production, la vente et la distribution d'énergie était un métier intégré délimité par des critères géographiques. Les territoires étaient attribués en Europe soit à des sociétés privées, soit à des sociétés publiques ou encore à des administrations. Cegedel a ainsi été créée par le gouvernement luxembourgeois dans les années 20 car il fallait à ce moment électrifier le pays. Avec la libéralisation, on a décidé de dynamiser le marché de l'énergie en introduisant la concurrence commerciale. Ce n'était pas évident en raison des territoires commerciaux historiques liées aux réseaux physiques.

C'est pourquoi on a décidé de distinguer trois métiers différents dans le secteur de l'énergie: d'abord la production, ensuite la gestion de réseau et enfin la fourniture d'électricité. D'après une directive européenne, il devenait obligatoire de séparer l'activité réseau et fourniture si on atteignait les 100.000 compteurs.

La Ville de Luxembourg était à ce moment active dans le réseau et le commercial et n'était pas loin d'atteindre les 100.000 compteurs. Tout était fait en interne, dans les structures communales, comme s'il s'agissait d'un service administratif public. Les quelques contrats étaient signés par le collège échevinal et les opérations financières étaient intégrées au budget public communal. C'était, vous vous en doutez, devenu très difficile à gérer car une structure com-

En 2006, leo a pris en charge la totalité des clients de la Ville de Luxembourg et en 2009 leo a repris le fonds de commerce de la Ville par augmentation de capital, devenant ainsi une société privée à part entière.

Echo:

Est-ce que cela change quelque chose d'un point de vue opérationnel?

JP Wagner:

Oui et non. C'est toujours la Ville de Luxembourg qui définit les objectifs et les missions de notre société. Ainsi, nous continuons dans le cadre de ce qui a toujours été le métier de la Ville de jouer le rôle de fournisseur commercial. La Ville ne nous a pas demandé de nous diversifier vers d'autres métiers. Depuis 2009, nous commençons cependant à sortir de nos frontières naturelles.

Echo:

Est-ce une volonté d'expansion? propres et plus l'eau du lac est saine. Nous tâchons donc d'acheter de la production «propre» afin d'assainir l'ensemble. Le client qui paie pour cela est assuré de sa bonne action, mais lorsqu'il «prend physiquement son eau du lac», elle n'est pas différente de celle des autres consommateurs. Chaque consommateur au Luxembourg paie une taxe pour le fonds de compensation, qui investit cet argent dans des projets de production d'énergie verte au Luxembourg. En ce sens, tout le monde paie déjà pour avoir de l'énergie verte locale.

JP Wagner:

Disons que ça s'est fait naturellement. Certaines sociétés qui ont leur siège à Luxembourg et des agences disséminées dans le pays font des appels d'offre pour l'ensemble de leur structure. Lorsque nous remportons ce type d'appel d'offre nous sommes de fait amenés à dépasser les frontières de la Ville. Aujourd'hui, leo travaille sur tout le territoire national et travaillera probablement demain à l'international avec des partenaires. En dehors de la capitale, nous sommes visons deux segments de marché: les ménages et le secteur des gros consommateurs d'électricité. Nous avons par exemple remporté la soumission pour la fourniture en électricité de tous les bâtiments gérés par l'administration des bâtiments publics.

Echo:

Quelle est votre philosophie en ce qui concerne l'achat d'électricité?

JP Wagner:

L'achat d'énergie se traite sur des bourses. Comme le réseau luxembourgeois est lié au réseau allemand, nous travaillons sur la base des cours boursiers allemands. Nous passons des contrats portant sur 2 à 5 ans, ce qui nous permet d'assurer à nos clients une certaine stabilité des prix. Nous faisons de l'achat structuré afin de réduire les risques liés aux fluctuations du marché. Nous gérons nos achats en bon père de famille, en saisissant les opportunités mais sans prendre de risque. Nous travaillons ainsi avec différents fournisseurs, pour ne pas avoir tous nos œufs dans le même panier. Nous collaborons avec Enovos, avec des régies communales allemandes, des sociétés autrichiennes, suisses, norvégiennes, etc. Nous traitons avec des petits et moyens producteurs qui ont la même philosophie que nous et qui ont une taille suffisante pour exister.

Echo:

Comment peut-on avoir la garantie d'avoir une énergie verte?

JP Wagner:

D'un point de vue purement technique, tout le monde vend de l'énergie grise. Pour faire simple, chaque producteur d'énergie peut être comparé à une source, qui se déverse dans un lac. Le lac a toujours la même hauteur. L'électricité ne peut en effet pas être stockée et est maintenu à un niveau stable, la tension électrique. Plus il y a de sources

Nous avons cependant décidé d'aller plus loin en achetant des certificats de garantie d'origine RECS. Un certificat RECS assure que l'énergie que vous achetez provient d'une source de production renouvelable, avec des critères de qualité élevés. Pour tous nos ménages, 67% de l'électricité est garantie renouvelable dans le tarif de base. Pour passer à 100%, nous proposons green_energy et ECOMIX aux entreprises.

Echo:

Investissez-vous directement dans des sites de production d'énergie renouvelable?

JP Wagner:

Directement non mais indirectement oui, déjà en achetant des certificats RECS d'installation de production âgées de moins de 6 ans. Ensuite, nous reversons nos bénéfices à notre actionnaire qui est la Ville de Luxembourg. Or, la Ville de Luxembourg investit massivement dans des projets écologiques. Donc indirectement nos bénéfices financent des projets écologiques .

9, Boulevard Roosevelt • L-2450 Luxembourg BP 371 • L-2013 Luxembourg Tél.: 2639-4848 • 26 20 24 24 Email: info@leoenergy.lu • www.leoenergy.lu

Share this post