Newcom s.a.r.l
Home » Differdange 100 ans » Histoire Differdange
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Fonds du Logement

  • Fond de logements - Lisez le Magazine...
  • Fond de logements - Lisez le Magazine...
  • Fond de logements - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Histoire Differdange Imprimer Envoyer

Tags: Differdange

Differdange 100 ans - Articles

histoire-differdange

histoire-differdange

histoire-differdange

histoire-differdange

Histoire Differdange Une ville au fil des temps

Les premiers pas de l’homme

Si les premières présences humaines remontent probablement au paléolithique, l’implantation d’une population sédentaire avérée date plus précisément du mésolithique. Ce peuplement s’est ensuite confirmé et développé lors du néolithique, de l’âge de bronze et de l’âge de fer.

L’épopée celtique et le rayonnement du Titelberg

Quelques outillages (pierres taillées, os d’animaux travaillés) attestent d’une première implantation humaine sur le plateau du Titelberg, dès le mésolithique. Bien que situé sur l’ac tuel ban de Pétange, cet oppidum celte mérite quelques lignes ne serait-ce que par son rayonnement régional, sur l’ensemble du territoire des Trévires. Capitale du territoire de ce peuple celte, l’oppidum du Titelberg était situé sur la colline du même nom, entre Differdange et Rodange.

L’oppidum du Titelberg, une fois romanisé atteint son apogée durant la période -100 et 250 avec notamment les premières exploitations et industrie du fer (la découverte du fer de surface date de 95 après JC). D’oppidum, le Titelberg devient, après l’annexion romaine, vicus (bourgade rurale) gallo-romaine pour être ensuite détruite vers les années 400.

Les premières pierres de Differdange

A la fin de l’Empire romain, les contrées gallo-romaines ont subi d’innombrables invasions, dont celle des Francs ripuaires qui marquera les fondements de notre langue nationale. C’est également durant cette période, soit durant le VIème siècle que cette population franque va développer les noyaux du village de Differdange. Les villages de Niederkorn et Oberkorn verront également le jour sous la dynastie des Mérovingiens.

Patrie de l’Ordre des Cisterciens

Le temps des cathédrales et des abbayes bat son plein durant le XIIIe siècle et Differdange ne déroge pas à la règle. En 1235, en effet, Alexandre de Soleuvre fonde l’abbaye de Differdange dont il fit don à l’ordre de Cîteaux. Au départ, cette abbaye cistercienne n’accueillait que des sœurs en droite provenance de la noblesse luxembourgeoise. Par la suite, des femmes venues de Lorraine ainsi que de l’actuelle province de Luxembourg en Wallonie ont également fait leurs vœux à Differdange. Dans les premiers temps, l’abbaye comptait entre 12 et 20 occupantes.

Les différentes guerres ayant émaillé l’histoire de notre localité n’ont pas épargné l’abbaye. En 1552 déjà l’abbaye se fait piller et saccager par des soldats français. Mais la période la plus sombre de ce lieu de prière est certainement à rechercher durant la guerre de 30 ans (1618-1648) où l’abbaye connaîtra de véritables razzias et d’innombrables saccages.

Cependant, au début du XVIIIème siècle un vent de renouveau souffle sur notre couvent et les travaux de restauration vont apporter une seconde jeunesse au site. L’hôtellerie, attenante à l’entrée du couvent ainsi que les murs de l’abbaye (dont les vestiges sont encore actuellement visibles) seront également rebâtis.

La dernière abbesse à diriger le couvent fut Marie-Madeleine de Gourcy, qui tint son poste jusqu’en 1796. L’Ordre ensuite fut officiellement dissout.

Mise aux enchères en 1797, elle passera de mains en mains au gré d’autres enchères pour enfin être acquise par la commune de Differdange en 1929. D’abord hôpital, ce bâtiment deviendra centre de soin, en 1981, suite à son rachat par l’Etat luxembourgeois.

Le château de Differdange

Un second monument trône sur une colline du centre de Differdange. Ce château, implanté dans un écrin de verdure n’a pas d’origine connue, toute trace manuscrite ayant disparu. Toujours est-il que le premier châtelain répertorié était Wilhelm de Differdange, nommé dans des documents datant de 1310. Sa descendance s’éteindra en 1400 à la mort de son petit-fils. En 1552, le châ teau de Soleuvre subit un incendie désastreux. La châtelaine, Anna de Isenburg fort peu encline à rebâtir sur les cendres décide alors de s’installer dans le château de Differdange qu’elle restaure totalement à cette occasion.

Ce n’est qu’au courant du XXe siècle que le château sera racheté par la société sidérurgique qui en fera un hôtel et restaurant d’entreprise. Depuis quelques années, ce bâtiment est loué à la Miami University.

Sous la juridiction de Soleuvre

Jusqu’au XVIIIe siècle, Differdange, mais également Oberkorn et Niederkorn étaient sous la haute juridiction de Soleuvre. A ce titre, les jugements pour meurtre, vol ou sorcellerie étaient rendus à Soleuvre. De ce fait, le seul gibet de la région se situait dans cette dernière localité au lieu dit «Galgebierg» entre Belvaux et Oberkorn. C’est sur ce triste site que les accusés differdangeois ont été exécutés…

A Differdange, seul un pilori était dressé afin de punir les «petits» méfaits.

En 1727 cependant, après que Differdange eut quitté le giron de Soleuvre, le village eut également droit à sa haute juridiction... et à son gibet!

La loi de Beaumont

La loi de Beaumont, charte régissant l’affranchissement de communes du Luxembourg comme du nord-est de la France, fut appliquée à partir de 1182 et invoquée jusqu’à la Révolution française. Avant cela, les agriculteurs ainsi que de nombreuses autres corporations rurales vivaient dans une quasi servitude imposée par la noblesse locale. Differdange ne dérogeait pas à la règle. Les historiens estiment ainsi que la loi de Beaumont aurait été appliquée à Dif ferdange en 1338. Mais après de récentes recherches, les trois villages auraient respectivement recouvré leur liberté entre 1235 et 1250 pour Differdange et entre 1245 et 1250 pour Nierderkorn et Oberkorn.

Dès cet instant, les citoyens de nos trois communes ont été considérés comme des individus libres, pouvant jouir en totalité de leurs biens.

Mais cet état de fait était souvent remis en cause par la noblesse locale, voulant reprendre ses anciennes prérogatives. La population des trois localités se devait donc de rester sur le qui-vive et d’éventuellement défendre leur intérêt et leur liberté.

Suite à la mise en place de cette loi, Differdange, Oberkorn et Niederkorn ont érigé une croix où les édiles de l’époque annonçaient leurs décisions et passaient le pouvoir.

Ainsi à Oberkorn par exemple, une impressionnante croix de forme pyramidale et de 12 mètres de haut trônait à côté de l’école des filles. Ce majestueux monument a malheureusement été détruit lors de la Révolution française.

La révolution et la domination française

En 1789, le Luxembourg faisait partie de l’Autriche. Cependant, Differdange, proche de la France, subissait les remous de nos voisins. Les soldats français faisaient ainsi des razzias à Differdange, s’attaquant à tout monument de valeur. Souhaitant empêcher cela, les differdangeois prirent la décision de barricader l’accès au village et à l’abbaye, objet de toutes les convoitises. Ils ne tinrent cependant pas longtemps sous le coup des assauts français et durent fuir en direction de la forêt. La soldatesque française, encerclant les bois, ils n’eurent droit à leur salut qu’à la venue de la cavalerie autrichienne.

En 1796 cependant, la majeure partie du Luxembourg fut annexée par la France et fit parti du «Département des Forêts».

Durant cette période, les biens et mobiliers de l’Eglise furent confisqués et vendus aux enchères et la religion catholique n’eut plus droit au chapitre... Cela jusqu’au Concordat et l’année 1801.

Cette date marqua également l’obligation aux jeunes gens du Luxembourg de s’enrôler dans l’armée française. Ainsi, 57 jeunes hommes de Differdange ont été intégrés à l’armée napoléonienne et seulement 18 en sont revenus. De ce fait, beaucoup essayaient de passer outre cette obligation et pour se faire, envoyait une autre personne à leur place leur octroyant en retour une belle somme d’argent.

En 1815, la domination française prit fin et une nouvelle étape de l’histoire de Differdange commença... Le régime français était remplacé par le régime hollandais.

Les deux guerres

Differdange n’a pas été épargné par les deux grandes guerres, étant situé entre les deux principaux belligérants. Nourriture rationnée, passage de l’armée allemande, vol de bombardier, la commune était constamment sous la crainte de l’irréparable. Au final, de la Première Guerre Mondiale, seuls trois jeunes soldats natifs de Differdange sur 11 sont rentrés au bercail après avoir combattu sous le drapeau français.

La Deuxième Guerre Mondiale fut plus sanglante. Le 10 mai 1940 est de ce fait à marquer d’une pierre noire. Les Allemands étant rentrés dans la ville, l’artillerie française procéda à des tirs en direction de Differdange en vue d’infliger des pertes aux Allemands. «Le tir de l’artillerie française a causé des pertes parmi la population de Differdange. Il y eut des morts et de nombreux blessés…», écrivit Emile Krieps, membre de la résistance. Suite à cette journée, les habitants vivaient reclus dans leur cave ou dans les galeries Thillenberg avant d’être évacués. Environ 13.000 d’entre eux prirent ainsi la direction de l’Ösling alors que quelque 3.000 autres optèrent pour la fuite vers la France. A partir de 1941, un noyau dur de résistance se mit en place à Differdange permettant entre autres le passage de quelque 2.600 personnes vers la France. Beaucoup de jeunes differdangeois ont été enrôlés dans l’armée allemande pour ne jamais plus revenir...

La fin de cet épisode noire de la cité fut marquée par la venue des troupes américaines le 9 septembre 1944 qui libéra définitivement Differdange du joug nazi.

La Cité du fer

A partir de 1830, l’extraction et le travail du Fer passent du stade artisanal au stade industriel. En 1896, deux hauts fourneaux sont érigés à Differdange par la «Société Anonyme des Hauts-Fourneaux de Differdange». Par la suite huit autres hauts fourneaux sont sortis de terre permettant la production d’acier et notamment des poutres spéciales (poutres Grey) connues alors dans le monde entier sous le nom de «Differdinger». C’est durant cette période, soit le 4 août 1907, que Differdange reçoit le titre de ville par Guillaume IV de Luxembourg.

L’essor industriel est à son apogée, la population passant de moins de 4000 habitants en 1890 à près de 18 000 en 1930 pour fluctuer ensuite dans une fourchette de 16.000 à 18.000 (plus de 20.000 actuellement).

Durant l’entre-deux-guerres, c’est le groupe franco-belgo-luxembourgeois, appelé «Société des HautsFourneaux et Aciérie de DifferdangeSt. Ingbert Rumelange» et plus connu sous l’acronyme HADIR qui va reprendre le flambeau avant de le transmettre, en 1967 à l’ARBED.

Les années 1970 ont marqué l’amorce du déclin de la sidérurgie, déclin qui a pris la tournure d’une crise après 1975 suite à la fermeture de nombreux sites sidérurgiques à Dif ferdange et ailleurs.

Mais aujourd’hui, une nouvelle page de l’histoire de la ville est en train de s’écrire...

>> Retour Sommaire - Differdange 100 ans.

Share this post

 
 

Magazine Echo - Architecture & Bâtiment

Magazine Echo Nr. 4 de l'année 2012

News image

Dans son livre « Debout l’Europe » coécrit avec Guy Verhofstadt, ex-Premier ministre belge, Daniel Cohn-Bendit veut faire se lever les pro-européens aujourd’hui «...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 109 de l'année 2011

News image

L’immobilier est-il surévalué ? Reste-t-il un bon placement ? On serait à priori tenté de répondre oui et oui, ce qui peut paraître contradictoire....

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 110 de l'année 2011

News image

La crise grecque pourrait-elle influer les prix de l’immobilier au Luxembourg ? Autrement dit les taux d’intérêt des banques vont-ils monter ? Prenons l’hypothèse...

Magazine Echo Nr. 2 de l'année 2011

News image

Si la Grèce touchera la cinquième tranche de son prêt accordé en 2010 par l’UE et le FMI, sa situation n’est pour autant pas...

Magazine Echo Nr. 3 de l'année 2011

News image

C’est en pensant aux vacances, au soleil, que je feuilletais une étude récente de Knight Frank sur les prix de l’immobilier de luxe à...

Magazine Echo Nr. 4 de l'année 2011

News image

Nous voici le lendemain des élections du 9 octobre 2011. A l’heure où cet édito est écrit, les discussions de coalition n’ont pas encore...

Magazine Echo Nr. 5 de l'année 2011

News image

L’euro cause de tous nos maux ? A l’heure où certains parient sur un démantèlement de la zone euro à court terme, il serait...

Magazine Echo Nr. 1 de l'année 2012

Magazine Echo Nr. 2 de l'année 2012

News image

S’il est un sujet plus complexe qu’il n’y parait, c’est bien celui de l’énergie. Il est aisé d’y faire des amalgames aussi fâcheux qu’erronés....

Magazine Echo Nr. 1 de l'année 2011

News image

Depuis plusieurs mois, la réforme qui fait parler est celle de la santé. Après la très médiatique grève des médecins, la mesure que tout...

Magazine Echo Nr. 5 de l'année 2010

News image

Nous voilà déjà en décembre, 2010 fait place à 2011 dans un contexte international mar- qué par de fortes incertitudes. Pas évident dans ces...

Magazine Echo Nr. 4 de l'année 2010

News image

Après la Grèce, l’Espagne, l’Irlande, le Portugal, la France, l’Allemagne, toute l’Europe occi- dentale ou presque, c’est la Grande Bretagne qui annonce son plan...

Magazine Echo Nr. 3 de l'année 2010

News image

Tout le monde est bien conscient que l'Etat doit réduire son train de vie, que les dépenses et les recettes doivent être équilibrées. La...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 107 de l'année 2010

News image

Lorsque l’on voit le nombre de chantiers en cours au Grand-Duché, on se dit que le secteur du bâtiment va bien et comme dit...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 106 de l'année 2010

News image

Avec un taux de vacance qui dépasse les 7%, l’immobilier de bureau luxem- bourgeois connaît une situation inédite. Ce chiffre est cependant à relativiser....

Magazine Echo Nr. 2 de l'année 2010

News image

A peine a-t-on accouché d'une solution pour sortir la Grèce de la crise que l'euro subissait une attaque en règle suite à une simple...

Magazine Echo Nr. 6 de l'année 2009

News image

Une année s'achève, une autre commence. C'est le moment des bilans et des résolutions. Le bilan 2009 n'est pas euphorique et 2010 s'annonce difficile....

Magazine Echo Nr. 5 de l'année 2009

News image

Herman Van Rompuy est le premier président permanent du Conseil Européen. Si les chefs d'état et de gouvernement de l'Union Européenne l'ont préféré à...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 103 de l'année 2009

News image

Herman Van Rompuy est le premier président permanent du Conseil Européen. Si les chefs d'état et de gouvernement de l'Union Européenne l'ont préféré à...

Magazine Architecture & Bâtiment Nr. 104 de l'année 2010

News image

Tout le monde est économiste.Dit comme ça, cette phrase peut paraître incongrue, voir stupide. D’aucun vous diront qu’ils ne s’intéressent ni à l’économie, ni...

Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange