Newcom s.a.r.l
Home
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Entretien avec Daniel Miltgen Président du Fonds du Logement Imprimer Envoyer

Tags: Luxembourg

Magazine Architecture & Bâtiment 2008-96
fonds-de-logements

« Le Fonds du Logement est en train de devenir un « global player » en matière de développement urbain. »

Architecture & Bâtiment : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ?

Daniel Miltgen :

Après des études d’urbanisme et d’aménagement du territoire à Vienne, j’ai intégré en 1983 le Ministère de l’Intérieur. En 1989, suite aux élections, Monsieur Jean Spautz, à l’époque Ministre de l’Intérieur, m’a demandé de développer avec lui un nouveau ministère : le ministère du logement et de l’urbanisme. Parallèlement, je suis devenu président du Comité directeur du Fonds du Logement.

Architecture & Bâtiment : Comment appréhendez-vous votre fonction de président du Fonds du Logement ?

Daniel Miltgen :

Il faut savoir que suite à l’entrée en vigueur des dispositions de la loi du 8 novembre 2002 modifiant la loi du 25 février 1979 concernant l’aide au logement par laquelle il a été institué, l’établissement public autonome appelé Fonds pour le développement du logement et de l’habitat s’est vu attribuer une palette plus diversifiée d’activités. Il lui appartient dorénavant de réaliser de sa propre initiative, en collaboration notamment avec les autorités communales, dans le cadre du développement urbain et rural, toute opération de développement du logement et de l’habitat. Autrement dit, le Fonds du Logement est en train de devenir un « global player » en matière de développement urbain. Sa mission ne se limite pas à la construction de logements, car il a aussi pour mission de réaliser l’habitat c'est-à-dire, des commerces, des infrastructures socio-économiques, des bureaux…

Architecture & Bâtiment : Quel est à votre avis la notion le plus importante lorsque l’on parle d’urbanisme ?

Daniel Miltgen :

C’est la notion de mixité urbaine. Je me bats tous les jours pour ne pas voir construire des structures monolithiques, que ce soit des cités de travail ou des cités dortoir. Regardez le Kirchberg, de grands architectes ont crée de beaux bâtiments, mais ceci dans un assemblage de différents quartiers isolés de travail et de logement. Regardez la capitale, il y a des lieux où l’on travaille et d’autres où l’on habite. On met aussi tous les lycéens au même endroit. On a commencé au Limpertsberg, on a fait des mauvaises expériences mais on refait la même chose à Hollerich-Merl. Je suis convaincu que cette approche n’est pas la bonne. Regardez nos problèmes de transport, tout le monde part d’un quartier dortoir à la même heure vers un quartier de travail. Le reste du temps, la circulation est fluide, le problème du transport est donc avant tout un problème d’urbanisme. Nous devons modifier nos structures ! Il faut faire des quartiers mixtes dans lesquels on puisse vivre, travailler, faire ses courses, sortir, etc. Après avoir abordé la notion de mixité des fonctions urbaines, il convient d’aborder la notion de mixité sociale. Il n’y a pas besoin de regarder loin pour constater que créer des ghettos urbains, même des ghettos bcbg, favorise surtout le communautarisme et le repli sur soi. Un quartier où il fait bon vivre est un quartier où se côtoient aussi bien des médecins, des avocats, que des ouvriers et des employés, ainsi que des gens de toutes les cultures.

Architecture & Bâtiment : Quels sont les quartiers les plus mixtes de la capitale?

Daniel Miltgen :

Je dirais le Stadtgrund et Bonnevoie, qui sont deux quartiers aussi bien populaires que recherchés, où l’on trouve des commerces, des bureaux, des infrastructures socio-économiques, des habitations et où cohabitent harmonieusement différentes classes sociales.

Architecture & Bâtiment : On ne peut pas dire que les prix des logements au Grand-Duché de Luxembourg favorisent la mixité sociale…

Daniel Miltgen :

C’est la raison pour laquelle nous proposons des logements de bonne qualité, dans des quartiers urbains mixtes, à des tarifs abordables, que ce soit à la location ou à la vente. Si nous proposons des biens à coût modéré, ce n’est pas au détriment de la qualité. Ainsi, le fonds du logement travaille avec les meilleurs architectes du pays. Nous essayons de ne réaliser que des logements transversaux, et employons toujours les dernières techniques en favorisant le développement durable. A titre d’exemple, nous venons d’inaugurer le premier bâtiment à fonction mixte basse énergie du pays. Nous avions aussi réalisé, il y a déjà 25 ans, la première centrale de cogénération du pays. Presque tous nos logements sont équipés de systèmes de récupération des eaux pluviales pour alimenter les WC. Systématiquement, nous équipons nos bâtiments avec des panneaux solaires. Bref, nous essayons de faire rimer bas prix avec haute qualité urbanistique et architecturale, développement durable et haute qualité de réalisation.

Architecture & Bâtiment : Comment faites vous ?

Daniel Miltgen :

D’abord nous neutralisons les terrains grâce au bail amphithéotique. Ensuite, nous n’avons pas besoin de faire de bénéfice. Nous recevons également des aides publiques ce qui nous permet d’œuvrer, non seulement à la mixité des fonctions urbaines, mais aussi à la mixité sociale dans notre pays.

Architecture & Bâtiment : Qu’en est-il de vos listes d’attente ?

Daniel Miltgen :

Nous avons toujours une liste d’attente supérieure à 1.000 unités en ce qui concerne la location. Pour la vente, tout dépend de l’endroit, mais en général nos listes d’attente sont conséquentes, c’est pour cela que le pacte logement est en cours de finalisation, car il y a une nécessité d’augmenter l’offre dans le pays.

Architecture & Bâtiment : Quelques mots pour conclure sur l’évolution des prix de l’immobilier dans le pays ?

Daniel Miltgen :

Il semblerait que la flambée des prix se soit calmée. Les prix restent stables sur un très haut niveau. Il y a dans le pays quelques 8.000 unités d’habitation en vente, ce qui est beaucoup. Je pense que tous les biens d’occasion, notamment ceux qui n’intéressent pas les promoteurs, verront peut-être même leur prix baisser. En fait, beaucoup dépendra de l’évolution des taux d’intérêt des crédits bancaires. La seule chose qui ne baissera probablement jamais est le prix des terrains, car c’est le seul produit qui ne soit pas reproductible.

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange