Newcom s.a.r.l
Home
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Lucien Lux « Ecologie rime avec progrès ! » Imprimer Envoyer

Tags: Ministre

Magazine Echo 2008-2
Lux Lucien

Echo : Comment gère-t-on les intérêts divergents inhérents à vos deux fonctions ministérielles ?

Lucien Lux :

S'il doit y avoir un problème entre les deux casquettes, je suis ministre du développement durable. Cela dit, dans 90% des dossiers, je suis en phase avec les deux fonctions. Lorsque je m'occupe de transports en communs, de transport public, de mobilité douce, je suis en totale symbiose avec mes deux ministères. Là où il peut y avoir eu des intérêts divergents, c'est au niveau de l'aviation, car lorsqu'un avion décolle et atterrit, il fait du bruit et rejette du CO2. Il faut cependant bien comprendre que ni le Ministre de l'environnement, ni celui des transports, n'est là pour mettre l'aéroport en faillite ! Cela ne nous exonère pas de nos responsabilités et nous allons gérer les éventuelles nuisances, notamment grâce à notre cartographie pour lutter contre le bruit. D'une façon générale, le Luxembourg et les Luxembourgeois sont toujours sur une corde raide. On aime sa voiture, sa liberté de circuler seul et, en même temps, on lutte contre la pollution.

Echo : Quel est votre souhait en ce qui concerne l'aéroport ?

Lucien Lux :

Aujourd'hui, l'aéroport de Luxembourg accueille 17 millions de passagers par ans et j'espère que d'ici 2012 il en accueillera 2 millions. Bien entendu, et au risque de me répéter, il faudra gérer les problèmes de bruits générés par ce développement.

Echo : Vous vous inscrivez donc résolument dans une politique réaliste de développement durable&

Lucien Lux :

La politique du 21ème siècle est, et sera, celle du développement durable. Comme dit dans le traité de Lisbonne, le développement durable repose sur 3 piliers : la compétitivité économique, la cohésion sociale (car tout cela ne doit pas se faire au détriment des salariés), et l'équilibre écologique. L'aéroport correspond à un besoin de mobilité des gens et est très important en terme d'emploi. Je ne suis pas pour un retour en arrière. Pour moi, écologie doit rimer avec progrès ! Le monde est ainsi fait que les gens veulent voyager, c'est un fait, et c'est aussi une grande liberté sociale. Mes parents n'avaient pas les moyens de voyager en avion. Je crois qu'il faut voyager pour comprendre le monde. La première fois que j'ai été personnellement confronté à la pauvreté, cela s'est fait lors d'un voyage au Chili. Cette expérience m'a donné une autre dimension politique et culturelle. Bref, je crois qu'il est indispensable de laisser le secteur de l'aviation se développer, en lui imposant cependant de nouvelles contraintes environnementales. Il faut non seulement s'attaquer au problème du bruit, mais aussi à celui des émissions de CO2. Il faudrait d'ailleurs intégrer les émissions polluantes des avions dans le protocole de Kyoto. Comme pour les voitures, il convient de mettre la pression sur les constructeurs d'avions pour que les avions deviennent toujours plus propres.

Echo : Les problèmes écologiques actuels induisent une forte montée de certains prix. Comment faire pour ne pas que cela affecte surtout les plus fragiles ?

Lucien Lux :

Il nous faut être innovants à ce niveau. On sait déjà que le prix de l'eau augmentera substantiellement dans les années à venir. Le prix de l'eau ne doit cependant pas être traité en ignorant qu'une famille avec 4 enfants a une consommation bien supérieure à celle d'une personne seule, et qu'elle a parfois moins de moyens financiers. Il faudra avoir un système de prix dégressif qui tienne compte de ces paramètres. Il faut aussi admettre qu'aujourd'hui les gens n'ont pas le réflexe de couper leur robinet et de gérer l'eau de façon raisonnable. L'eau est déjà un problème au niveau mondial et il y a une véritable réflexion politique à mener pour économiser l'eau sans que cela ne devienne trop lourd pour les plus faibles.

Echo : Les subsides pour inciter la consommation écologique sont-ils un succès ?

Lucien Lux :

En quelques semaines, nous avons eu 2.300 appels téléphoniques et réalisé 400 cheks de maisons suite à notre campagne « Think climate, act clever ». Grâce à notre politique de subsides, de nombreuses personnes vont réaliser des assainissements de leurs maisons. Ceci profitera à l'écologie et à nos entreprises qui, non seulement auront de nouveaux clients, mais développeront un nouveau savoir-faire. En développant ce savoir faire spécifique, nos entreprises renforceront leur compétitivité sur le marché de la Grande Région. Il est notable que tous les cours de formation au niveau de l'OAI affichent complet pour tout ce qui concerne la construction écologique. Au niveau automobile, les primes pour les voitures propres ont eu un effet incitatif certain et on s'est aperçu que les gens avaient acheté autrement lors du dernier festival. Mon but n'est pas que les gens abandonnent l'automobile mais qu'ils achètent mieux, incitant de fait les constructeurs à aller toujours plus loin dans l'écologie. Une écologie qui rime avec le progrès s'inscrit résolument dans la logique du développement durable.

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange