Newcom s.a.r.l
Home
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Strassen - Entretien avec Gaston Greiveldinger, bourgmestre Imprimer Envoyer

Tags: Bourgmestre | Strassen

Magazine Echo 2008-2
strassen

Le projet « Les Thermes » devrait rayonner au-delà nos frontières

Originaire d’Esch-sur-Alzette, Gaston Greiveldinger habite Strassen depuis 1980. Membre du LSAP depuis 1992, il est devenu échevin en 1995 et assume aujourd’hui la responsabilité de bourgmestre. Il a accepté de nous recevoir pour nous parler des projets en cours dans sa commune, notamment du centre de natation et de loisir « Les Thermes », réunissant les communes de Bertrange et de Strassen.

Echo : Où en est l’avancement du projet « Les Thermes » ?

Gaston Greiveldinger :

Ce projet avance à pas de géants et tout devrait être prêt pour l’ouverture en janvier 2009. Je représente la commune de Strassen en tant que président du comité du syndicat intercommunal « Les Thermes », tandis que la commune de Bertrange est représentée par son bourgmestre, Paul Geimer, qui assure la fonction de vice-président. Jutta Kleiber, directrice des Thermes, met déjà tout en œuvre pour garantir un bon démarrage du site. Au niveau constructif, les équipements intérieurs sont en cours d’installation.

Echo : Comment s’articule ce projet ?

Gaston Greiveldinger :

Ce projet repose sur 3 piliers : la natation, le bien-être du corps et l’évènementiel. Au niveau natation, la piscine comprendra 3 bassins, dont un extérieur. La section « bien-être » comprend des équipements de wellness et de fitness, tandis que l’évènementiel sera assuré par un bassin à vagues, un canal à contre-courant, un toboggan d’une longueur de 85 m, un toboggan « black hole », des effets lumineux et sonores, etc. Le complexe disposera également d’un restaurant de bonne qualité. Préalablement au projet, nous avions visité différents centres nautiques à l’étranger et je peux vous dire que nous serons ici à la pointe du progrès. Ce complexe devrait avoir un rayonnement qui dépasse nos frontières.

Echo : Pourquoi avoir choisi ce type d’approche ?

Gaston Greiveldinger :

Lorsque l’on fait reposer une telle idée sur le seul élément aquatique, on finit toujours par perdre de l’argent. Il faut donner une plus-value à l’élément aquatique afin d’en optimiser la rentabilité. Ce sera un complexe touristique de grande valeur. Le restaurant sera accessible à tous mais comprendra une séparation afin que les utilisateurs de la piscine et les extérieurs puissent cohabiter harmonieusement. On pourrait même imaginer qu’à l’avenir un investisseur décide d’implanter un hôtel à proximité ! A côté de cela, la piscine servira aussi aux besoins des écoles de nos communes. En mai, nous organiserons une « chantier partie » pour le public.

Echo : Ce projet s’inscrit-il dans une démarche écologique ?

Gaston Greiveldinger :

Ce projet s’inscrit résolument sous le signe du développement durable. Ainsi, le chauffage de la piscine sera assuré grâce à un chauffage urbain par cogénération, le bâtiment disposera de panneaux photovoltaïques et toute une partie de la piscine, notamment celle réservée aux tout-petits, sera exempte de chlore. Un parc sera aménagé tout autour du centre de natation et de loisir.

Echo : Quels sont vos autres projets en cours ?

Gaston Greiveldinger :

D’une façon globale, nous investissons beaucoup pour notre jeunesse. Ainsi, dès le mois de septembre, nous disposerons d’une école précoce flambant neuve. Nous construisons également 18 nouvelles salles de classe pour l’école primaire. Elles seront prêtes pour la rentrée 2009. L’ancien presbytère, quant à lui, servira de maison relais pour les enfants à partir de 3 ans. Toujours au niveau de l’accueil des enfants en dehors des heures de classe, nous allons proposer la construction d’une maison relais pour les enfants de 6 à 12, voir 15 ans.

Echo : Vous disposez donc aujourd’hui d’infrastructures scolaires suffisantes ?

Gaston Greiveldinger :

Nos infrastructures devraient suffire aux deux prochaines décades, d’autant que le développement de la population s’est un peu ralenti. Courant 2009, un nouveau lotissement verra le jour. Strassen compte aujourd’hui environ 7.000 habitants. D’ici 2010, nous devrions être environ 7.600. Il s’agit donc d’une croissance raisonnée et équilibrée.

Echo : Et qu’en est-il de l’endettement de la commune ?

Gaston Greiveldinger :

Avec 92 euros / habitant, l’endettement de Strassen est quasi nul, d’autant que nos infrastructures sont neuves et suffisantes.

Echo : L’écologie fait-elle également partie de vos priorités?

Gaston Greiveldinger :

Notre commune s’engage activement pour réduire les émissions de CO2. Ainsi, si tous nos bâtiments sont « verts », nous encourageons tous ceux qui construisent à Strassen à penser « développement durable ». Nous avons ainsi instauré un prix destiné aux grandes entreprises qui s’installent dans notre commune. Ce prix, particulièrement bien doté, récompensera la construction la plus écologique. Ceci incite les promoteurs à construire des bâtiments basse énergie, voir passif, sur notre commune.

Echo : Tout ceci doit avoir un prix et vivre à Strassen ne doit plus être à la portée de toutes les bourses…

Gaston Greiveldinger :

C’est vrai. C’est pourquoi nous essayons d’acheter du terrain à bâtir afin de développer des projets sociaux, soit en location, soit en vente sur base de baux emphytéotiques afin de neutraliser les prix du terrain. Par cette action, nous aimerions d’abord favoriser la mixité sociale dans notre commune, et ensuite permette aux jeunes qui ont grandi ici de pouvoir continuer à y vivre une fois adultes.

Echo : Quelques mots pour conclure ?

Gaston Greiveldinger :

Cela fait maintenant un an que Strassen est dirigée par une coalition triangulaire. Ainsi, j’appartiens au LSAP, François Gleis, premier échevin est membre du CSV et Jean-Paul Faber, 2ème échevin, est membre de Dei Greng. Je dois dire que la coalition fonctionne très bien et que nous sommes une très bonne équipe, qui travaille très bien ensemble. Ainsi, tous les projets qui prennent corps à Strassen ne sont pas le résultat d’un mérite personnel mais d’un travail d’équipe.

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange