Newcom s.a.r.l
Home
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Nicolas Schmit, Ministre délégué aux Affaires étrangères et à l’Immigration Imprimer Envoyer

Tags: Luxembourg

Magazine Echo 2008-2
nicolas-schmit

« Il y a tout un ensemble à mettre en place pour que les migrations soient une option gagnante, tant pour le Nord que pour le Sud. »

Echo : Quel est votre rôle aux côtés de Jean Asselborn ?

Nicolas Schmit :

En tant que ministre délégué aux affaires étrangères et à l’immigration aux côtés de Jean Asselborn, je m’occupe spécialement des dossiers européens, tandis qu’il se concentre d’avantage sur la politique étrangère. Depuis 4 ans que j’occupe ce poste, j’ai hérité d’autres dossiers, comme la politique commerciale, où périodiquement les ministres suivent les négociations, notamment au sein de l’OMC ou encore celui de l’immigration, dont je suis pratiquement seul en charge.

Echo : Quels sont les qualités dont il faut faire preuve à ce poste ?

Nicolas Schmit :

Comme c’est un travail très prenant, il faut d’abord être disponible. Ensuite, en ce qui concerne l’immigration, il faut essayer de faire la part des choses entre l’application de la loi et l’approche humanitaire.

Echo : Aviez-vous des a priori avant d’accepter le dossier de l’immigration ?

Nicolas Schmit :

Je ne parlerais pas d’a priori. Ces dossiers, pour autant qu’ils sont passionnants, sont souvent difficiles d’un point de vue humain. L’immigration est l’un des grands sujets du moment, tant au niveau luxembourgeois, qu’européen et mondial. L’immigration est l’une des facettes de la globalisation. Comme il s’agit d’êtres humains, c’est un sujet très sensible, à traiter avec beaucoup de précautions.

Echo : Comment pensez-vous que la situation évoluera dans les années à venir ?

Nicolas Schmit :

Compte tenu des différences de développement entre les pays et les continents, des informations qui circulent à l’échelle du monde et des possibles futures crises environnementales, il est plus que probable que la mobilité des personnes s’accroisse encore dans les années à venir.

Echo : Comment mieux réguler ces flux de population ?

Nicolas Schmit :

La question est surtout d’accompagner ces flux sur un plan économique et social. Il ne faut pas se contenter de bloquer les frontières, car cela développerait encore les mouvements clandestins et provoquerait encore plus de misère. Il y a tout un ensemble à mettre en place pour que les migrations soient une option gagnante, tant pour le Nord que pour le Sud.

Echo : Quelles sont les pistes de réflexion à explorer ?

Nicolas Schmit :

L’Europe vieillit et elle a besoin de l’immigration et de personnes hautement qualifiées. L’immigration est une option gagnante à condition d’arriver à intégrer les migrants. Il n’y a qu’à regarder l’évolution du Luxembourg au cours des cinquante dernières années pour se rendre compte que l’immigration peut être positive, à condition que la cohésion sociale soit maintenue. Au Luxembourg, nous essayons de mener une politique d’intégration très active à tous les niveaux, comme le montre notre réforme de la nationalité.

Echo : Et en ce qui concerne les pays d’origine ?

Nicolas Schmit :

Les migrations sont d’abord le résultat d’une inégalité énorme entre des régions voisines. Regardez les différences de niveau de vie entre l’Europe et les pays du bassin méditerranéen. Le développement des pays d’origine est la meilleure réponse possible aux flux migratoires incontrôlés. Il faut qu’il y ait un meilleur équilibre entre les pays. Pour cela, il faudra qu’il y ait du développement économique et de l’investissement dans les pays d’origine.

Echo : Si, dans l’ensemble, la globalisation a permis de réduire la misère dans le monde, on constate que le continent Africain continue de souffrir…

Nicolas Schmit :

Même s’il y a des endroits où la situation s’améliore, le continent africain connaît des problèmes naturels, des problèmes de gouvernance, des conflits interethniques… Tout ceci fait que de nombreux jeunes africains désespérés sont prêts à prendre tous les risques possibles pour émigrer. L’Europe doit avoir une vraie politique cohérente à l’égard de l’Afrique, afin que le problème des migrations perde cet aspect tragique. Même si les choses peuvent aller mieux, il faudra un certain temps avant que l’Afrique mette en place les conditions d’un bon développement économique. L’Afrique est pour les européens un enjeu majeur. D’ailleurs, l’Europe est aujourd’hui concurrencée par la Chine en Afrique.

Echo : Quelques mots pour conclure ?

Nicolas Schmit :

La présidence française veut faire du sujet des migrations l’une de ces quatre priorité. On parle d’un pacte sur les migrations. Au niveau luxembourgeois, notre nouvelle législation sur le droit d’asile est entrée en vigueur en 2005 et nous sommes sur le point de faire adopter une grande loi sur l’immigration cette année. Ainsi, même ici, ces questions occupent une place très importante.

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange