Newcom s.a.r.l
Home
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Strassen - Entretien avec Gaston Greiveldinger,Bourgmestre Imprimer Envoyer

Tags: Bourgmestre | Strassen

Magazine Echo 2008-6

Strassen

Strassen

Strassen

Strassen

En cette fin d'année 2008, le Bourgmestre et le collège échevinal de Strassen dressent le bilan de l'année écoulée et évoquent les différents projets qui seront mis en oeuvre en 2009.

Echo : Quels ont été les projets ou les évènements marquants dans la commune de Strassen en 2008?

Gaston Greiveldinger:

Un de nos plus important projet, le centre de natation Les Thermes , est terminé. L'inauguration aura lieu en 2009. Mais nous avons réalisé de nombreuses autres choses cette année, et ce dans différents domaines. Au niveau socioculturel tout d'abord: nous avons organisé le Stroossewiwelt au profit du Télévie. Ce fut un grand succès qui nous a permis de récolter près de 10.000 euros. Nous avons également organisé la 7e édition du Stroossefestival, le 12 et le 13 septembre, qui fut aussi un grand succès, malgré le mauvais temps qui a gâché en partie la journée du samedi.

François Gleis:

La rétrospective Ben Heyart organisée cette année a su trouver son public, tout comme les différentes expositions qui ont eu lieu à la galerie «A Spiren». Aussi, tous les premiers mercredis du mois, nous proposons des concerts, des pièces de théâtre, bref une sorte de «package culturel» qui attire bon nombre de nos concitoyens.

Jean-Paul Faber:

Une exposition de 28 artistes féminins a également eu lieu lors du week-end de l’«Egalité des Chances», qui a connu un énorme succès. Enfin, pour la deuxième fois, une journée du 3e âge a été organisée et a reçu un accueil très positif.

Echo : La commune de Strassen est manifestement très active au niveau culturel. Est-ce que la culture est une priorité pour vous?

Gaston Greiveldinger:

Tout à fait. Il faut garder à l'esprit que la commune de Strassen compte aujourd'hui près de 7000 habitants, dont 54 % de non-luxembourgeois, répartis en 85 nationalités différentes. Strassen est également une «commune dortoir». Dès lors, en proposant de nombreuses activités culturelles, nous entendons encourager les gens à sortir de chez-eux et à prendre part activement à la vie de la commune. Nous investissons beaucoup dans la culture car selon nous, c'est le meilleur moyen de créer du lien social entre les habitants de la commune, de promouvoir la mixité sociale et l'intégration de tous. D'ailleurs, pour la nouvelle année, nous invitons tous les habitants de la commune à venir prendre le «verre du nouvel an» et cette entreprise semble intéresser beaucoup de monde.

Jean-Paul Faber:

Comme vient de l'expliquer Monsieur le Bourgmestre, la culture est une de nos grandes priorités car elle permet à la population de la commune de s'intégrer. C'est pourquoi, à partir de janvier 2009, nous allons engager une personne qui est spécialement formée dans les domaines de l'intégration et de l'égalité des chances afin de promouvoir encore l'intégration des personnes non-luxembourgeoises, mais aussi des handicapés physiques.

Echo : Cette année, la commune a également été très active dans le social, et en particulier dans le domaine de la jeunesse et de la petite-enfance...

Gaston Greiveldinger:

En effet. Tout d'abord, l'offre de la Maison- Relais a été élargie. Celle-ci fonctionne toute l'année (sauf en août) et elle accueille près de 300 enfants de 7h00 à 19h00, à partir de 3 ans. Ensuite, depuis la rentrée 2008, nous mettons en pratique des concepts éducatifs innovateurs comme le «Team Teaching » et le fonctionnement d' «Equipes pédagogiques », qui tenteront une amorce de réponse à l'hétérogénéité obligatoire des classes. Ces pratiques scolaires favorisent un système de détection et de remédiation des difficultés et permettent à chaque élève de parcourir sa scolarité selon ses capacités et ses potentiels.

François Gleis:

Signalons aussi qu'au niveau sportif la commune a débloqué un budget de 10.000 euros afin que les clubs puissent proposer des activités supplémentaires pour les jeunes. Par ailleurs, l'année prochaine, une aire de jeux couverte sera construite à côté du Hall sportif.

Echo : La commune est aussi particulièrement engagée dans ce qu'on appelle la «mobilité douce»...

Jean-Paul Faber:

Oui, nous avons organisé une « Semaine de la Mobilité » la 3ème semaine de septembre, lors de laquelle nous avons inauguré symboliquement un début de piste cyclable, organisé une randonnée pédestre, proposé des cours de «réapprentissage cycliste», présenté le Stroossebus, etc. A l'occasion de cette semaine de la mobilité et dans le cadre de la démarche «Sechere Schoulwee», la commune a mis en place une ligne pilote de « Pedibus » dans la nouvelle partie du quartier Piesch (Piesch II). Le «Pedibus» ou «autobus pédestre» est un moyen d'organiser les trajets des enfants entre leur domicile et l'école. Les enfants, en compagnie de leurs camarades et de deux accompagnateurs, peuvent ainsi atteindre leur école de manière sûre, saine et écologique. De plus, le Pedibus facilite l'organisation du transport scolaire et laisse du temps libre aux parents. Aussi, nous avons investi dans le Flexibus. Il s'agit d'un concept moderne de transport en commun pour les distances courtes qui peut venir vous chercher chez vous et vous conduire à l'adresse de votre choix.

Nous travaillons également à réduire la vitesse au sein de la commune. Une première étape vise à réduire la vitesse à 30 km/h à l'intérieur des lotissements, à la rue des Romains, la rue Follereau, la rue du Bois et à la partie Est de la rue du Kiem. Ensuite, une fois que le tronçon rue des Romains sera apaisé, nous aménagerons un grand espace devant la maison communale. Cet espace, partagé avec le centre culturel Barblé, participera à réduire la vitesse rue des Romains. Cet espace donnera directement sur le campus scolaire. On pourra alors véritablement parler de parcours sécurisé pour les enfants de nos écoles. Quant à la Ligne 22, elle traverse désormais la Zone d'Activité, ce qui s'avère plus pratique pour les nombreux travailleurs.

Echo : L'année 2008 a été marquée par une crise financière hors du commun, qui se traduit notamment par une importante baisse du pouvoir d'achat. Comment entendez-vous faire face à ce problème pour les habitants de votre commune?

Gaston Greiveldinger:

Dans sa séance du 24 novembre 2008, le conseil communal de Strassen a décidé d'allouer une prime de vie chère au profit des personnes à faible revenu. Nous avons mis en place un système d'allocations pour tous les ménages dont le revenu brut est inférieur à 2.500 euros. 85 ménages ont pu bénéficier de ces allocations en 2008, dont le montant peut aller jusqu'à 640 euros. François Gleis: D'autres mesures

François Gleis:

D'autres mesures plus spécifiques, au niveau de la crèche ou des « repas sur roues », ont également été privilégiées. La commune distribue par ailleurs chaque année environ 30.000 euros à des ONG afin d'aider ceux qui sont dans le besoin.

Echo : La population de Strassen ne cesse de croître au fil des années. La commune dispose-t-elle d'un espace suffisant pour faire face à un tel accroissement démographique?

François Gleis:

Notre PAG a un potentiel de 12.000 habitants. Nous évaluons l'évolution démographique de la commune à 1,5 % par an, ce qui revient à dire que d'ici 2015 / 2016, il y aura environ entre 8000 et 8200 habitants à Strassen. Nous devons donc nous doter de l'infrastructure nécessaire.

Gaston Greiveldinger:

Nous allons beaucoup investir au niveau des logements, d'autant que nous avons signé le Pacte Logement cette année. Plusieurs projets immobiliers destinés à l'habitat ainsi qu'au renouveau du commerce de proximité vont être réalisés. Nous travaillons depuis un certain temps déjà sur le projet Pescher IV. Aussi, en 2009, des appartement vont être construits à proximité du centre médical, route d'Arlon, ainsi que 3 maisons dans la rue Henri Dunant. Au final, ce sera près de 80 logements qui seront construits dans la commune, avec mise à disposition des biens immobiliers au locataire par emphytéose.

Jean-Paul Faber:

Il nous faudra également trouver des idées afin de garder les jeunes familles à Strassen, ce qui est très important à nos yeux. Nous pensons aussi aux personnes âgées, puisque l'extension du centre Riedgen destiné au personnes âgées valides est en projet. Il y a plus de 1500 personnes du 3ème âge à Strassen, c'est pourquoi nous avons effectué des démarches afin de nous doter de lits de soins supplémentaires.

Echo : Strassen connaît un gros problème de trafic automobile. Quelles mesures seront prises en 2009 afin de résoudre ce problème?

Gaston Greiveldinger:

De gros progrès ont déjà été accomplis au niveau de la circulation. Pour 2009, nous avons prévu de finaliser le contournement ainsi que le réaménagement de la rue des Romains en espace partagé. Il est prévu également de tracer un couloir de bus continu sur toute la longueur de la route d'Arlon, à partir de centre commercial jusqu'à la maternité de Luxembourg. Strassen pourra aussi bientôt profiter d'une ligne de transport publique supplémentaire, qui desservira notamment Les Thermes.

Echo : Quelle est la politique de la commune en matière d'écologie?

Gaston Greiveldinger:

Nous sommes très sensibles à l'écologie. Nous organiserons d'ailleurs en 2009 un concours environnemental. Une commission d'évaluation sera chargée de décerner un prix de 10.000 euros au bâtiment le plus écologique, qu'il s'agisse d'une nouvelle construction ou d'un assainissement. Par ailleurs, nous poursuivons le but d'obtenir le label «Klimabündnis » grâce à l'adoption de toute une série de mesures dans le domaine environnemental et de l'économie d'énergie

Jean-Paul Faber:

Aussi, chaque année, nous plantons des arbres fruitiers en fonction du nombre de naissance dans la commune. Pour chaque nouveau-né dans la commune, un arbre est planté. Les parents sont invités à venir planter l'arbre qui portera le nom de leur enfant: outre le geste écologique, cela permet également l'intégration des familles dans la commune.

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange