Newcom s.a.r.l
Home
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Entretien avec Jim Clemes architect, à propos de Differdange Imprimer Envoyer

Tags: Differdange

Magazine Architecture & Bâtiment 2008-98

Jim Clemes

Architecture & Bâtiment: Quel est votre rapport personnel à la ville de Differdange?

Jim Clemes:

Etant natif d’Esch-sur- Alzette, j’ai toujours ressenti une certaine affinité avec Differdange. Comme Esch, Differdange est une ville marquée par son histoire industrielle. Certains terrains, accessibles aujourd’hui, étaient à l’époque interdits au public, c’était bien entendu les plus intéressants pour les gamins que nous étions.

Plus qu’une ville,Differdange est aussi un nom connu mondialement. Il n’y a que deux noms au Luxembourg, hors celui de notre capitale, qui résonnent internationalement, il s’agit de Schengen, à cause des accords, et de Differdange, à cause des poutres utilisées dans le monde entier.De la période florissante de la ville lui reste son architecture. Aujourd’hui, Differdange est une ville en plein essor qui a de nombreux atouts. Nous avons été forts honorés d’être contacté en 2002 pour nous occuper de la valorisation de son centre-ville.

A&B: Sur quels projets avez-vous précisément travaillé?

Jim Clemes:

Avec Schroeder & Associés, nous avons travaillé au réaménagement de la zone piétonne et de l’avenue de la Liberté.Nous avons également, en collaboration avec un architecte paysagiste, participé au réaménagement du parc Gerlache. Il nous a aussi été donné de démontrer le potentiel de certains terrains, comme la colline sur laquelle nous avons développé le projet «Les terrasses de la ville». A Differdange, nous n’avons cessé de faire des allers-retours entre urbanisme et architecture. C’est Bérangère Wittamer, chez nous, qui s’est particulièrement occupé des projets d’urbanisme pour Differdange.

A&B: Qu’est-ce qui différencie l’approche urbanistique de l’approche architecturale?

Jim Clemes:

L’échelle est différente. La portée du geste posé en urbanisme est majeure.On s’en rend particulièrement compte lorsque que l’on développe un projet architectural. Les allers-retours entre les deux disciplines permettent d’appréhender les choses de façon globale et concrète.

A&B: Quelle était votre intention en pensant le centre de Differdange?

Jim Clemes:

Differdange est l’une des dernières villes populaires du pays. A tel point qu’elle était devenue le filet social de tous ceux qui ne pouvaient s’offrir un logement ailleurs.Ipso facto, la population la plus aisée se faisait de plus en plus rare. Beaucoup de bâtiments habités par de petits commerçants manquaient d’investissement, il y avait de moins en moins d’activité commerciale, etc.

Partant de ces faits, l’équipe communale en place a tout fait pour retourner la situation et requalifier le centre ville pour le rendre plus attractif. Notre intention, ou notre mission, était donc de faire redécouvrir la ville comme lieu de vie.

A&B: Comment cela s’est-il déroulé concrètement?

Jim Clemes:

Il fallait d’abord comprendre la situation puis travailler à aider à créer une vie dans le centre, notamment au travers de quelques éléments régénérateurs. Je trouve par exemple que l’«Autre Part» participe à donner une identité à Differdange. Il est aussi important pour la ville de bien gérer la coexistence avec son site industriel, qui est un vecteur important du développement de la ville. Il a enfin fallu travailler sur le logement avec la création d’unités d’habitation de qualité afin de favoriser la mixité sociale.

A&B: La notion de mixité sociale semble vous tenir à coeur...

Jim Clemes:

La mixité sociale est une garantie d’harmonie et de bien vivre ensemble. On constate que l’absence de mixité sociale favorise les ghettos. Avec des projets comme celui du plateau du Funiculaire, qui visent à créer des logements de qualité sur de petites parcelles, on pourra proposer des logements de qualité à prix décents. A l’heure actuelle, même un travail hautement qualifié ne permet plus nécessairement d’accéder à la propriété dans notre pays. Il y a donc toute une intelligentsia «sans apport financier familial» à attirer et à fidéliser dans une ville comme Differdange. A côté de cela,les efforts faits par la commune attirent aussi des gens plus aisés. Differdange est l’une des rares villes du pays à pouvoir réussir le pari de la mixité sociale. Elle a le potentiel pour se développer différemment des autres villes du pays.

A&B: C’est donc,pour conclure, un peu un laboratoire?

Jim Clemes:

C’est un laboratoire dans le sens où cette ville est une plateforme d’échange entre cultures. Une ville doit constamment se développer, la stagnation est impossible. Il faut aussi penser une ville comme Differdange hors de nos frontières. Cela fait des années que l’Europe existe pour les frontaliers.Esch-sur-Alzette,Audun, Villerupt, Differdange, il n’y a plus de frontière depuis longtemps dans l’esprit des gens. Les nouveaux centres urbains sont transfrontaliers et il faut les penser autrement qu’uniquement liés à leur territoire national. A mon avis, Differdange a tous les atouts pour être un centre d’attractivité transfrontalier.

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange