Newcom s.a.r.l
Home
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Belval - François Biltgen à propos de l’Université Imprimer Envoyer

Tags: Belval | Ministre

Magazine Echo 2008-6

François Biltgen

 

François Biltgen

A propos de l’Université de Belval.

La Maison du Savoir est le premier projet de l'université. Ce sera l'élément central de la Cité des Sciences. Elle abritera les séminaires, les conférences et les cours théoriques des deux premiers cycles universitaires. Un concours d’architectes y afférant a été publié. Rencontre avec François Biltgen à propos de l’Université de Belval:

«Le plus important est que l’on est décidé de créer avec la Cité des Sciences à Belval l’Université du 21e siècle»

Echo: Qu’est ce qui distinguera l’Université de Belval d’un «campus classique»?

François Biltgen :

Ce qui distinguera l’Université de Belval d’un campus classique est son intégration dans un complexe global. Ainsi, l’Université fera partie de la cité des sciences, qui elle-même s’intègrera dans une cité nouvelle, qui elle-même sera incluse dans une région. Les répercussions de ce concept novateur dépassent déjà largement nos frontières. Je suis très heureux de participer à la création de quelque chose de totalement nouveau, qui s’inscrit autant dans le cadre de l’IVL que dans la direction préconisée par l’Europe. Ainsi, au Luxembourg, il y aura face au pôle de la capitale un pôle du Sud, en attendant un pôle du Nord.

Echo: Y a-t-il quelque chose dans ce projet qui vous tienne tout particulièrement à coeur?

François Biltgen :

Si tout ce projet me tient à coeur, je suis particulièrement heureux que l’administration de l’emploi se déplace à Belval. Il pourra ainsi y avoir des synergies avec la maison des sciences humaines afin, par exemple, d’étudier le marché du travail. L’Université a aussi une vocation sociale et identitaire. Il est significatif que 100 ans après l’aventure industrielle, on utilise ce site pour une nouvelle aventure. Il y a 100 ans c’étaient nos matières premières qui faisaient notre richesse et aujourd’hui c’est notre matière grise. J’aime l’idée que les gens se déplacent à travers les Hauts Fourneaux,se rencontrent autour de cet endroit. Dans ce contexte, il faudra que cette cité ne soit pas repliée sur elle-même mais ouverte sur les communes avoisinantes. Ainsi, l’Université de Belval sera une chance formidable pour Esch de créer des logements étudiants car tous les étudiants ne pourront être logés sur le site même. Esch a des atouts formidables comme la Kulturfabrik, et pourra retirer une attractivité certaine de l’Université. Elle a d’ailleurs déjà mis en oeuvre tout un plan d’accompagnement de l’Université.

Echo: Combien de personnes accueillera l’Université?

François Biltgen :

Elle devrait accueillir à l’horizon 2020 environ 4.000 étudiants. Notre objectif est d’être une université à la pointe de la recherche, qui garde une taille critique en rapport avec la taille de notre pays.On parle ainsi d’accueillir, d’ici 2020, 1.300 chercheurs.

Echo: La recherche sera-t-elle plutôt financée par le secteur public ou privé?

François Biltgen :

Bon nombre de chercheurs feront partie du secteur public, mais le secteur privé ne sera pas en reste. Ainsi, le centre Gabriel Lippmann accueillera dès 2008 les chercheurs du groupe Novelis. Nous avons la ferme volonté de développer la Recherche et le Développement au Grand-Duché de Luxembourg, tant dans le secteur privé que public, ou via des partenariats public-privé.

Echo: Quelle philosophie sous-tend cette volonté de développer la R&D?

François Biltgen :

Le Luxembourg ne pourra rester ce pays à hauts salaires que s’il se résout à n’offrir que des activités à forte valeur ajoutée. Il faut se préparer dès aujourd’hui aux inévitables restructurations de demain. C’est pour cela que l’Etat investit dans la recherche et l’innovation, qui sont un peu des frères siamois. Ainsi, entre 2000 et 2005, les moyens publics alloués à la recherche ont été multipliés par 4 et seront encore doublés d’ici 2010. Aujourd’hui, le Luxembourg investit dans son capital humain en mettant l’accent sur la formation tout au long de la carrière.

Echo: Il y a donc un lien entre votre responsabilité de Ministre du Travail et de l’Emploi et celui de Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche?

François Biltgen :

Il y a une évidente corrélation entre la recherche, l’enseignement supérieur, d’un côté, et le ministère du travail et de l’emploi de l’autre. 56% des emplois nouvellement créés au Luxembourg correspondent à des formations de niveau supérieur. L’université sera ainsi également un formidable outil pour l’emploi.

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange