Newcom s.a.r.l
Home
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Avery Dennison Entretien avec Michel Schuetz, director of Operation Imprimer Envoyer

Tags: Bascharage

Magazine Architecture & Bâtiment 2010-104

32_33_avery

32_33_avery

32_33_avery

Avery Dennison Entretien avec Michel Schuetz, director of Operation.

Architecture & Bâtiment:

Quel bilan tirez vous de l'année 2009?

Michel Schuetz:

Au niveau européen, Avery Dennison a vu son volume d'activité baisser de 10,4%,son chiffre d'affaires chuter de 9,1%. Son profit brut par contre a progressé de 17,5% et son profit net de 14,7%.

Architecture & Bâtiment:

Comment interpréter ces chiffres qui peuvent, au moins à première vue, paraître paradoxaux?

Michel Schuetz:

Plusieurs facteurs expliquent ces chiffres. D'abord, nous avons effectivement constaté un recul de l'activité. Le marché russe s'est effondré et le secteur automobile, qui fait partie de nos clients, a connu une année difficile. Ceci explique la baisse en volume et en chiffre d'affaires de notre activité.En ce qui concerne l'augmentation substantielle de nos bénéfices, elle s'explique par la conjugaison de différents paramètres.Le premier de ces paramètres est la baisse des prix des matières premières et du transport, de l'ordre de -15,4%.Avant la crise, nos bénéfices étaient largement amputés par la hausse constante des prix des matières premières, que nous ne pouvions impacter sur nos tarifs de vente. A ce niveau, la situation s'est assainie. Deuxième paramètre, crise oblige, nous avons réduits nos coûts opérationnels de l'ordre de 7,7%.Enfin, nous avons travaillé sur les inventaires en passant de 12 rotations fin 2008 à 17 rotations fin 2009. En d'autres termes,nous avons actionné trois leviers : restructuration, optimisation du transport et productivité.

Architecture & Bâtiment:

Votre usine luxembourgeoise a-t-elle été touchée par des restructurations?

Michel Schuetz:

Dans cette restructuration, nous avons consolidé la production dans les sites les plus performants. Notre usine luxembourgeoise est sortie gagnante de cette course. Nous avons eu, à Luxembourg,de la croissance dans la crise grâce au travail réalisé en amont sur les coûts.

Architecture & Bâtiment:

Qu'est ce qui a changé avec la crise?

Michel Schuetz:

En tant que fournisseur pour l'industrie, nous constatons que la pression sur les prix n'a jamais été aussi forte. En même temps, les exigences des clients en termes de service et de qualité ne font qu'augmenter. Avant la crise,les clients axaient leur recherche sur la qualité ou le prix, maintenant ils veulent une qualité top, pour le prix le plus bas et tout de suite. Autre changement, les clients ne sont plus fidèles. Si avant les négociations étaient rudes, elles portaient sur une année complète. Aujourd'hui, chaque commande est un nouveau contrat. Il ne faut plus être réactif, ni même proactif, mais carrément prédi-actif ! Je pense cependant que cette situation tendue ne sera pas tenable à long terme et qu'il faudra qu'on en revienne à une situation dans laquelle on tienne aussi compte des rapports humains.

Il faut se rendre compte que la crise a créé une surcapacité énorme sur le marché. Les faillites de nos clients ont triplé en 2009.Au niveau visibilité, on a appris à naviguer dans un brouillard épais. Aucune prévision fiable n'étant possible,on a travaillé en 2009 sur le très court terme, quasiment au jour le jour.

Architecture & Bâtiment:

Quelles sont vos prévisions pour 2010?

Michel Schuetz:

Je pense que pour tout ce qui concerne la planification on a touché le fond en 2009.Par contre, si on prévoit de la croissance en 2010, il s'agit d'une croissance faible et à mon avis nous n'atteindrons pas le niveau de 2008 avant 2014.Autrement dit, si ça ira mieux qu'en 2009, il n'y a pas vraiment de quoi être euphorique.

Architecture & Bâtiment:

Quelques mots pour conclure?

Michel Schuetz:

Je conclurais sur des notes positives. Nous avons accéléré en 2009 nos investissements dans l'innovation produit. Nous avons également renforcé notre département marketing afin de coller au plus près des aspirations du marché et enfin nous avons investi dans les nouvelles technologies. Notre programme qui vise à embaucher des jeunes à forme n'a jamais aussi bien fonctionné.

Autre point positif, la dette d'Avery Dennison au niveau mondial a été réduite de 20% en 2009. Du coup,on a généré notre propre cash, ce qui nous a permis de nous autofinancer. On a ainsi gagné en indépendance, ce qui peut s'avérer utile,surtout en temps de crise. En conclusion, Avery Dennison est plus productive que jamais et prête à relever tous les défis !

AVERY DENNISON
Luxembourg S.A.
Z.I. du P.E.D.
B.P.38 • L-4801 Rodange
Tél.: 50 46 50 1
Fax: 50 46 50 277
www.europe.fasson.com

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange