Newcom s.a.r.l
Home
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Entretien avec le Dr. Anik Sax Directrice de l'agence anti dopage au Luxembourg Imprimer Envoyer

Tags: Luxembourg

Magazine Echo 2009-6

16_17_sax

Entretien avec le Dr. Anik Sax Directrice de l'agence anti dopage au Luxembourg

Echo:

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs?

Dr. Anik Sax:

Mon titre officiel est médecin chef de service du service médico-sportif. Je me suis spécialisée en médecine du sport par passion. Je suis né dans une famille de sportifs et c'est un milieu dans lequel je me suis toujours senti à l'aise. A coté de ma fonction de médecin chef de service, je suis à titre personnel présidente de «Special Olympics Luxembourg», la fédération qui s'occupe des sportifs mentalement déficients.

Le service médico-sportif a des attributions diverses. Il touche l'ensemble des sportifs du pays, des licenciés qui doivent passer un examen annuel dans l'un de nos 14 centres aux sportifs de haut niveau en passant par les jeunes talents du «sport études». Nous avons ainsi une équipe de médecins de différentes spécialités qui s'occupent des sportifs d'élite et leur font faire des tests d'aptitudes, des tests d'efforts, etc. Je dirige également l'Agence Luxembourgeoise Anti Dopage (ALAD) et fais partie de son conseil d'administration. Je suis enfin membre de la commission médicale et antidopage de la fédération internationale d'athlétisme. La lutte antidopage se fait au niveau national et international.

Echo:

Quelles sont les missions de l'ALAD?

Dr. Anik Sax:

L'agence a plusieurs missions, dont l'organisation des contrôles antidopage en compétition et hors compétition (sur un groupe de sportifs cible). Il y a une trentaine de sportifs luxembourgeois qui doivent ainsi tout le temps nous donner leur localisation. Ils le font d'ailleurs de bon gré. Il nous faut assurer un contrôle intelligent des sportifs hors compétition: repérer les évènements top d'un athlète et le contrôler d'avantage lors de sa préparation à ces évènements par exemple. En théorie, chaque licencié d'un club sportif peut subir un contrôle antidopage. En pratique, en plus du groupe de 30 athlètes, nous nous concentrons surtout sur les compétiteurs de haut niveau comme ceux qui font partie de nos équipes nationales. Nous effectuons aussi des contrôles à la demande de fédérations étrangères.

Echo:

La définition du dopage est-elle bien claire?

Dr. Anik Sax:

Elle est tout à fait claire et se trouve dans le Code de l'ALAD qui l'a repris du Code Mondial. (voir site internet de l'ALAD) Depuis la création de l'agence mondiale anti-dopage il y a 10 ans, une liste des produits interdits est établie et révisée chaque année. La liste des produits dopants répond à au moins deux des trois critères suivants:

  • nocif pour la santé
  • amélioration des performances
  • contraire à l'éthique sportive

Au Luxembourg, nous utilisons cette liste et y adjoignons une liste supplémentaire où sont inscrits tous les médicaments défendus ayant une autorisation de mise sur le marché luxembourgeois.

Echo:

Que pensez-vous des compléments alimentaires qui fleurissent dans les magasins de sports et les salles de fitness?

Dr. Anik Sax:

A titre personnel, j'estime que les compléments alimentaires sont chers, inutiles dans la plupart des cas et parfois dangereux. Certains de ces compléments alimentaires sont fabriqués de façon peu orthodoxe, ce qui fait qu'on ne sait pas ce qu'il y a réellement dedans. Il faut surtout se méfier d'internet et ne jamais acheter sur la toile de compléments alimentaires ou de médicaments, car on n'est jamais sûrs de ne pas avoir de contrefaçon ou de mauvais produits. Pour la plupart des sportifs, une bonne hygiène de vie, un entraînement et une récupération adaptés apportent des résultats largement plus probants que tous les compléments alimentaires.

Echo:

Quelle est la part de la prévention dans la lutte contre le dopage?

Dr. Anik Sax:

La prévention est fondamentale dans la lutte antidopage. Tous les ans, nous envoyons une documentation complète aux sportifs, aux médecins et aux fédérations. Nous assurons également des formations aux entraineurs. Nous faisons un effort spécial en ce qui concerne l'information et la prévention envers les jeunes du «sport études». Nous faisons également du conseil en nutrition. Les gens peuvent d'ailleurs nous téléphoner s'ils ont des questions.

Echo:

Lorsque le test d'un sportif s'avère positif, que se passe-t-il concrètement?

Dr. Anik Sax:

Commençons par le commencement. Nous disposons de matériel spécifique et appliquons des règles strictes pour effectuer les contrôles antidopage. Les flacons sont scellés, puis envoyés au Laboratoire de Chatenay Malabry en région parisienne. Ensuite, on passe en phase de gestion du résultat. Plusieurs cas de figure sont possibles. Premier cas: aucune substance n'est décelée et tout va bien. Second cas: une substance est décelée, disons un médicament contre l'asthme. Là je vérifie que le sportif dispose d'une autorisation médicale. Si oui, tout va bien. Si ce n'est pas le cas et que nous sommes faces à un résultat anormal, alors une procédure est lancée. Le sportif est contacté, on lui explique ses droits et ses devoirs et il dispose de la possibilité de faire analyser l'échantillon B. Si le résultat est identique, l'agence écrit au conseil de discipline contre le dopage dans le sport, qui convoquera l'athlète et l'ALAD. On expose le cas, le sportif est entendu et ensuite le conseil de discipline se prononce. Si le sportif fait appel de cette décision, son cas est ensuite examiné par le conseil supérieur de discipline qui rend un avis définitif. Si sanction il y a, c'est à la fédération de l'appliquer. Le conseil de discipline est un organe indépendant et supra fédéral.

Echo:

Dans quelle mesure le Luxembourg est-il touché par le dopage? Y a-t-il des catégories de sportifs ou des sports spécialement touchés par le dopage? Le dopage touche-t-il uniquement le sport d'élite ou également le sport amateur?

Dr. Anik Sax:

Nous effectuons entre 160 et 180 contrôles par an, pour une moyenne de 1 à 2 résultat positif. Le dopage touche autant le sport d'élite que le sport amateur. Il touche tous les sports et tous les âges.

Echo:

Le dopage est-il toujours en avance sur la lutte antidopage?

Dr. Anik Sax:

L'écart entre le dopage et la lutte se réduit. On va de plus en plus vers le passeport biologique. Chaque individu étant unique, on peut établir ses normes personnelles, ses courbes individuelles et analyser ensuite ses paramètres au fur et à mesure de son évolution. La recherche génétique avance pour soigner les maladies. C'est merveilleux, mais ça peut aussi aider les tricheurs. L'agence anti dopage a une approche proactive et multiplie les collaborations, tant avec les firmes pharmaceutiques qu'avec la justice. Le trafic de produits dopants est puni pénalement, avec une peine double pour qui dope un mineur.

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange