Newcom s.a.r.l
Home
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Magazine Echo Nr. 1 de l'année 2011 Imprimer Envoyer

Tags: Magazine-Echo

Magazine Echo

Echo 2011-01

Depuis plusieurs mois, la réforme qui fait parler est celle de la santé. Après la très médiatique grève des médecins, la mesure que tout le monde commente aujourd'hui est l'introduction d'une participation à hauteur de 12% des assurés aux soins infirmiers dispensés à domicile. Ce type de prestation était jusqu'ici pris intégralement en charge par la Caisse Nationale de Santé. Selon Michel Simonis, président de la Copas, il y aura environ 5.000 factures à dresser par mois, la plupart inférieures à 10 euros et le montant de ces factures pourrait être inférieur au coût administratif qu'engendrerait la facturation. Autrement dit, ce serait une usine à gaz qui ferait dépenser 20 euros pour en économiser 10.

Que faut-il penser de tout cela ?

Premier constat: les avancées de la médecine font que la population vieillit. Les nouvelles technologies médicales sont chères et le fait de vivre plus âgé pèse sur les comptes de la sécurité sociale. La question est de savoir qui va payer et comment ?

Si les assurés doivent participer à hauteur de 12% aux soins infirmiers à domicile, seuls les malades paieront. Plus on est malade plus on paie, sauf que plus on est malade moins on travaille et moins on a les moyens de payer. On risque donc d'avoir une certaine frange de la population qui regarde à 2 fois avant de se faire soigner, d'autant que les soins à domicile devraient de plus en plus se développer car leurs coûts sont inférieurs à ceux d'une hospitalisation.

Si l'on suit cette logique, on se rend compte qu'il y aura une participation grandissante de l'assuré à la plupart des actes de santé.

On sera bientôt obligés de se poser la question des mutuelles de santé. Là, certains diront que c'est la porte ouverte à une médecine à 2 vitesses, entre ceux qui peuvent se payer une mutuelle et les autres. Peut-être, sauf que l'on peut aussi veiller à avoir des mutuelles abordables. Le pire serait de ne rien faire et que seuls ceux qui usent d'un service de santé à domicile, donc les malades, paient le prix fort.

Une autre solution, pour impopulaire qu'elle soit, serait d'augmenter simplement la part salariale pour la sécurité sociale. C'est l'un dans l'autre probablement ce qui coûterait le moins cher aux assurés.

Tout le problème, si on veut garder un financement solidaire du système de santé, est de bien réfléchir à ne pas mettre en place des mesures qui coûtent plus cher que ce qu'elles sont censées faire économiser.

Edito

  • Commune de Bettembourg, entretien avec Roby Biwer
  • Avery Dennisonentretien avec Serge Orban
  • Commune de Strassenentretien avec Gaston Greiveldinger
  • Valorluxentretien avec Ernest Boever
  • Luxembourg 6 ville verte en Europe
  • Création du Laboratoire Luxembourgeois D'anatomo-Pathologie LLAP
  • Laboratoires Réunis
  • Ratiopharm Luxembourg
  • Fonds Belval News
  • Sodexoentretien avec Marc Poncé
  • FLLAM
  • Yous Real Estateentretien avec Luc Schuller
  • Présentation des «myenergy days»
  • Cofely Services
  • Sewerin Schiltz
  • Esch-sur-Alzetteentretien avec Lydia Mutsch
  • Famaplast
  • Socimmo
  • Thomas & Piron
  • Lorry Railentretien avec Daniel Lebreton
  • ATS Cranes
  • WPS
  • Entreprise Julien Cajot
  • Polygone
  • PMC Constructions
  • Commune de Weiswampach, entretien avec Henri Rinnen

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange