Newcom s.a.r.l
Home » 2012-5 » Soludec : Entretien avec Jacques Brauch directeur général
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

Soludec : Entretien avec Jacques Brauch directeur général Imprimer Envoyer
Magazine Echo 2012-5

Echo 5-2012

Echo 5-2012

Echo 5-2012

Echo 5-2012

Quel est votre regard sur le marché du logement ?

Jacques Brauch: : Le secteur de la construction est, pour l’instant, le marché qui se porte le mieux. Il y a beaucoup plus de constructions de logements que par le passé. C’est une chance pour l’ensemble des entreprises du bâtiment car le marché de bureau a fortement ralenti, tout comme le marché public.

Aujourd’hui, le marché privé tire l’ensemble du secteur du bâtiment.

Comment expliquez-vous la bonne santé du secteur du logement malgré les prix prohibitifs ?

Jacques Brauch:: Il y a chaque année plus ou moins 3.000 demandes de logements non satisfaites. Comme la demande est largement supérieure à l’offre, les projets foisonnent et les prix continuent de grimper.

Pensez-vous que cela puisse encore durer longtemps ?

Jacques Brauch:: Force est de constater que le Luxembourg connait la plus forte progression démographique d’Europe. Ce n’est pas dû au taux de natalité des luxembourgeois mais à l’immigration. L’excellente qualité de vie qui règne au Luxembourg et le dynamisme de notre économie attire chaque année de nombreux ménages. Pensez que plus de 150.000 frontaliers viennent travailler ici chaque jour. C’est autant de personnes qui pourraient avoir envie de s’établir au Grand-Duché de Luxembourg.

A condition d’en avoir les moyens…

Jacques Brauch:: Seuls les terrains sont chers. La construction luxembourgeoise bénéficie peut-être du meilleur rapport qualité-prix de la Grande-Région. Vous savez, le prix d’un bien est toujours celui que le marché en donne. L’équilibre se fait ainsi. Si les prix dans la capitale et les communes limitrophes sont si élevés, c’est parce qu’il y a des gens qui peuvent payer. Entre les gens qui travaillent dans la finance, les parlementaires, les fonctionnaires… une bonne partie de la population a les moyens de se loger. Pour preuve, 80% des résidents sont propriétaires et tout ce qui se construit se vend avant la fin du chantier.

Soludec est autant active dans la construction de biens de prestige que dans le marché standard, quels sont les différences entre le haut-de-gamme et le reste du marché ?

Jacques Brauch:: La première chose à souligner est qu’il n’y a pas de marché de construction « bas de gamme » au Luxembourg. Notre standard serait du haut-de-gamme partout ailleurs.

En ce qui concerne le haut-de-gamme, il y a toujours une forte demande que l’on ne peut entièrement satisfaire car cette demande concerne des périmètres limités qui souffrent d’un manque criant de terrains disponibles. A titre d’exemple, nous disposons, depuis une vingtaine d’année, d’un très grand terrain au Kirchberg sur lequel nous aimerions construire 600 appartements. Même si la Ville de Luxembourg nous soutient, nous pensons que nous en avons encore pour 2 à 3 années de procédures avant de commencer à construire. Cet exemple, qui n’est pas isolé, explique que l’on voit si peu de projets de logements dans la capitale.

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

Jacques Brauch:: Nous travaillons beaucoup à Belval pour le moment. Nous y avons d’un côté nos propres terrains pour lesquels nous attendons le permis de construire, et de l’autre nous travaillons pour des promoteurs privés ainsi que pour les pouvoirs publics. Nous avons ainsi réalisé le tunnel de Micheville, le bâtiment Dexia/Bil, la Gare de Belval et la Maison du savoir... Nous avons aussi reçu 2 grosses commandes au Square Mile, la première pour construire le laboratoire Ketterthill et la seconde pour construire 200 appartements pour étudiants.

En dehors de l’adaptation aux nouvelles normes environnementales, comment voyez-vous évoluer le marché de la construction ?

Jacques Brauch:: Les attentes des clients ont évolué avec la société. La population est vieillissante, le nombre de divorces en croissance et les ménages à un respectivement deux personnes augmentent chaque année. En Ville de Luxembourg 66% des habitations sont occupées par ces « petits » ménages. Du coup, il y a de plus en plus de demandes pour des appartements abordables de 50 à 80 mètres carrés. La tendance est donc aujourd’hui de faire des unités d’habitation plus petites à des prix serrés.

Comment voyez-vous l’avenir ? Jacques Brauch:: Tout dépendra de l’évolution économique du pays. Tant qu’il y aura du travail, il y aura de la demande au niveau des logements. Aujourd’hui, les taux d’emprunt sont très bas mais les banques ne prêtent que si vous avez de solides garanties. A mon avis, le marché immobilier luxembourgeois reste sain.

Quelques mots pour conclure ?

Jacques Brauch:: On entend souvent les responsables politiques dire qu’ils veulent lutter contre la hausse constante des prix des logements. La première chose à faire pour agir sur ce sujet serait, à mon avis, d’alléger les procédures. Pensez seulement au temps qu’il faut aux 113 communes pour la refonte de leur PAG, procédure qui aurait dû être clôturée en 2010 et qui est pourtant loin d’aboutir. Ceci entraîne des blocages au niveau des PAP et pour cela une réduction des habitations que nous pourrions vendre vite, bien et à des prix abordables. Cela permettrait d’élargir l’offre. Juguler la hausse des prix ne pourra se faire qu’en permettant un équilibre entre l’offre et la demande.

Soludec SA

BP 132 L-4902 Bascharage LUXEMBOURG Tél. : 26 599 1 Fax : 26 599 599

www.soludec.com

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange