Newcom s.a.r.l
Home » 2011-4 » La maison en bois
 

Newcom Editions

Architecture & Bâtiment - Newcom - Bascharage -Tél 23 65 01 75

Echo Magazine - Newcom s.a.r.l - Bascharage

Education

Eductation

Education au Luxembourg - Lisez le Magazine...

Energie

Energie

Energie-au-luxembourg - Lisez le Magazine...

Vieille Ville

Fonds de rénovation

Rénovations de la Vielle Ville - Lisez le Magazine...

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans

Differdange 100 ans d'architecture - Lisez le Magazine...

La maison en bois Imprimer Envoyer
Magazine Echo 2011-4

Le choix d’une maison se fait ainsi tant selon des critères objectifs que subjectifs, en fonction de ses besoins, de ses attentes, de ses désirs ou de ses rêves. Et si le bois répondait à tous vos critères ?

Construire en bois, ce n’est pas que bon pour la planète

Bien sûr, en construisant en bois, vous stockez durablement des quantités importantes de dioxyde de carbone et vous utilisez une ressource naturelle renouvelable dont la transformation ne nécessite que peu d'énergie. Du coup, vous apportez vitre contribution à la lutte contre l'effet de serre.

Mais construire en bois, c’est aussi créer un environnement chaleureux et sain. Préfabriquée en atelier, plus vite montée, une maison en bois est un chantier propre et sec, qui dure généralement moins de 6 mois. Ces délais courts sont facteurs d’économies non négligeables. De plus, le bois se prête particulièrement à la construction de maisons « basse énergie » et passives, des habitats qui permettent de réaliser d'importantes économies d’énergie.

Quatre techniques de construction bois

Il existe 4 principales techniques de construction en bois

Le bois massif empilé

C’est la plus ancienne technique de construction en bois. Comme son nom l’indique, cette technique consiste en l’utilisation de longs éléments de bois placés horizontalement et positionnés les uns au-dessus des autres. Longtemps cette technique a été utilisée pour la réalisation de chalets. Cependant depuis quelques années, à l’instar de réalisations américaines, la construction en bois massif empilé autorise une architecture plus moderne permettant de réaliser des maisons contemporaines en jouant sur les volumes, les surfaces vitrées ou les couleurs.

Contrairement au « bois massif empilé », les autres techniques de construction bois utilisent des éléments de bois verticaux.

Le colombage

A partir du moyen âge, la technique du colombage a été largement utilisée en France. Cette technique utilise des éléments de bois verticaux et des traverses horizontales de fortes sections entre lesquels un remplissage est effectué en torchis, briques ou terre. Le colombage est toujours présent en construction neuve dans certaines régions telles que la Normandie, l’Alsace ou la Sologne.

L’ossature bois

L’ossature bois est une évolution de la technique du colombage : la structure de la maison est également constituée d’un ensemble de montants et de traverses en bois mais de plus faibles sections, peu espacés qui forment un cadre sur lequel on vient fixer des panneaux à base de bois qui assurent à l’ensemble une exceptionnelle rigidité. On dispose entre les montants et les traverses un isolant qui permet à cette technique d’offrir d’excellentes performances thermiques et acoustiques.

Le mur ainsi constitué reçoit ensuite un revêtement intérieur (plaque de plâtre, lambris …) et un revêtement extérieur (bardage bois, panneaux, pierre, brique, enduit …).

Le poteau-poutre

La technique « poteaux-poutres » utilise des bois de fortes sections espacés entre eux d’un à plusieurs mètres. Ces poteaux et ces poutres constituent la structure de la maison, ce qui permet de dégager de grands espaces pour installer de larges baies vitrées.

Beaucoup de maisons contemporaines marient l’ossature bois, pour ses avantages thermiques et acoustiques, et le « poteau-poutre » pour disposer de grands volumes et de larges ouvertures.

Le bois dans le temps

Contrairement à une idée reçue, le bois se tient très bien dans le temps. Les plus vieilles constructions du monde sont d’ailleurs le plus souvent construites en bois : temples japonais du VIIème siècle, églises norvégiennes du XIIème siècle ou constructions à pans de bois du Moyen Age.

Quelle que soit la latitude ou les conditions climatiques, la maison en bois prouve quotidiennement, à travers le monde, sa capacité à résister au temps et aux intempéries.

Isolation thermique et phonique

Les constructions bois et tout particulièrement les logements à ossature bois sont unanimement reconnus pour leurs performances thermiques de haut niveau, dues à la combinaison du matériau bois utilisé en structure avec des isolants thermiques performants qui s’intercalent entre les montants verticaux. Cette excellente isolation thermique est, de plus, parfaitement compatible avec une architecture contemporaine faite de grandes surfaces vitrées.

Bien isolée thermiquement, la maison bois est également performante en matière phonique, qu’il s’agisse de bruits aériens (bruits en provenance de l’extérieur) ou de bruits d’impacts (bruits dus à la marche, aux déplacements ou à la chute d’objets, à l’intérieur de la maison).

L’isolant placé dans les murs, entre chaque montant d’ossature, absorbe les bruits aériens, permettant une très grande efficacité acoustique et donc des performances de premier ordre.

Pour les bruits d’impacts, des solutions techniques extrêmement performantes existent en construction bois, permettant de réaliser des immeubles collectifs et des hôtels avec des planchers bois.

Le bois et le feu

Comme toute technique de construction, la construction à structure bois est soumise à un ensemble de réglementations dont une des plus importantes concerne la sécurité incendie. Contrairement à une idée reçue, le comportement au feu du bois est excellent. En effet lorsque le bois est attaqué par les flammes il se consume lentement et conserve ses qualités mécaniques pendant de longues minutes.

A ce sujet, il est significatif de constater que la réglementation imposée aux pompiers les autorise à intervenir sous une charpente bois en feu pendant de longues minutes alors qu’elle l’interdit pour des structures réalisées dans d’autres matériaux.

Finitions extérieures

Sous l’effet conjugué des intempéries (pluie, neige, vent …) et des ultra-violets (rayons du soleil), le bois naturel « grisaille », qu’il s’agisse de madrier, rondin, colombage ou revêtement extérieur. Ce changement de couleur n’est qu’esthétique et ne nuit pas à la durabilité du bois.

Cependant, si certains apprécient cette couleur grise, d’autres préfèrent conserver la couleur originelle du bois ou le colorer différemment. Les produits de finition sont là pour répondre aux attentes de chacun.

Les maisons à ossature bois peuvent également recevoir des revêtements extérieurs en maçonnerie (pierres ou briques de parement, enduits...) ou tout type de bardage en matériaux autres que le bois.

Source : afcobois

www.maisons-bois.org

Share this post

 
 
Source Text © Newcom s.a.r.l - Bascharage +352 23 65 01 75   |   Publication Online - Site Administrator: Business Solutions 10, rue Emile Mark Differdange