Entretien avec Ernest Boever directeur général Valorlux Imprimer
Magazine Echo 2011-1

020-021

020-021

020-021

020-021

Entretien avec Ernest Boever directeur général

Le pourcentage peut aujourd'hui atteindre les 5 à 50% de matière recyclée par bouteille. Ce pourcentage ne pourra être augmenté à échelle européenne que si le PET régénéré est disponible en quantité suffisante.

Echo:

Quelles sont les nouveautés chez Valorlux?

Ernest Boever:

Nous avons mis en place une nouvelle filière de recyclage, le «Bottle to bottle». Depuis 2010, la plus grande partie des bouteilles transparentes en PET entrent dans cette nouvelle filière. Jusqu'ici, toutes ces bouteilles étaient envoyées vers la production de fibres textiles polyester. Cela ne concerne plus que les bouteilles en PET colorées, soit 400 tonnes en 2010 pour le Luxembourg. Les autres 1.800 tonnes de bouteilles PET transparentes (+/- 60.000.000 pièces) ont été retransformées en nouvelles bouteilles.

Echo:

Quelles sont les étapes du recyclage «bottle to bottle»?

Ernest Boever:

La première étape est le tri. Une fois triées chez la société Hein Déchets, les bouteilles transparentes en PET sont envoyées en prétraitement chez Nord-PalPlast à Lesquin en France. Dans cette usine, les bouteilles sont transformées en paillettes propres à plus de 99%. Ensuite, elles sont transférées via un tuyau dans une usine voisine appartenant à Roxpet, qui en fait des granulés régénérés. La volonté des producteurs est de réintégrer le matériau afin d'avoir un circuit fermé comme pour le verre.

Echo:

Quel est le pourcentage de «recyclé» dans une bouteille PET? Echo : Des granulés régénérés ?

Ernest Boever:

La régénération est en fait un procédé qui purifie la matière plastique jusqu'à obtenir une qualité alimentaire. On la transforme ensuite en granulés utilisables par les machines de fabrication de bouteilles.

Ernest Boever:

Le pourcentage peut aujourd'hui atteindre les 5 à 50% de matière recyclée par bouteille. Ce pourcentage ne pourra être augmenté à échelle européenne que si le PET régénéré est disponible en quantité suffisante. Le tri des bouteilles prend alors toute son importance. Les bouteilles qui contiennent du PET régénéré peuvent à leur tour retourner dans la fabrication de nouvelles bouteilles. D'une façon globale, notre objectif est de recycler au maximum en gardant la qualité la plus élevée possible.

Echo:

Quel pourcentage de communes luxembourgeoises touchez-vous pour la collecte des PMC?

Ernest Boever:

En 2011, depuis le 10 janvier, Dudelange participe à notre collecte PMC et depuis le 14 janvier Bettembourg, puis ce sera le tour de Sanem le 18 avril et enfin Weiler-la-Tour le 10 juin. En tout, cela nous fera 45.000 habitants supplémentaires couverts par Valorlux. Notre collecte PMC couvrira alors 93% de la population luxembourgeoise et on collecte environ 14 kg de PMC par habitant et par an.

Echo:

L'éco-sac continue-t-il sur la voie du succès?

Ernest Boever:

L'éco-sac est toujours un succès et nous avons lancé en octobre dernier un concours de dessin destiné à toutes les écoles primaires du pays. On a demandé aux enfants de faire un dessin qui incite le consommateur soit à utiliser un sac réutilisable soit à transporter ses courses en vrac. Les meilleurs dessins seront imprimés sur les sacs de dépannage (sacs à 3 cents) que l'on retrouve dans les magasins du pays. En tout, chacun des 6 dessins gagnants sera imprimé sur au moins 1 million de sacs. Les inscriptions ont courues jusqu'au 31 décembre. Plus de 100 classes se sont inscrites pour un total de 1.840 élèves. Les dessins devront être rendus d'ici le 28 février. Les dessins gagnants seront choisis par un jury indépendant et les prix seront attribués aux alentours du mois de juin. A noter que nous avons aussi renouvelé le design du petit écosac. Rappelons que l'éco-sac a été créé afin de réduire substantiellement les sacs à usage unique. C'est un investissement pour la vie car un éco-sac abimé est remplacé gratuitement. S'il y a donc un message à faire passer, c'est celui de ne pas oublier son éco-sac! Nous allons d'ailleurs lancer une campagne de sensibilisation en ce sens.

Echo:

Quelques mots pour conclure?

Ernest Boever:

En 15 ans, Valorlux a fait passer le taux de recyclage des emballages ménagers de 33% à 75% aujourd'hui. Un travail énorme a été réalisé mais il nous reste de grands défis à relever dans l'avenir, notamment celui d'adapter le recyclage aux nouveaux matériaux. Les nanotechnologies par exemple intègreront de plus en plus les emballages. Il faudra bientôt tenir compte de cette nouvelle donnée afin de garantir un recyclage de qualité.

www.valorlux.lu

Share this post