Entretien avec Gaston Greiveldinger bourgmestre Imprimer
Magazine Echo 2010-4

120-123

120-123

120-123

120-123

120-123

120-123

120-123

120-123

120-123

120-123

120-123

120-123

120-123

120-123

Echo: La fin des travaux devant la mairie signe-t-elle la finalisation de la «zone de rencontre»?

Gaston Greiveldinger: Nous so mes en période de transition. Les travaux de la rue des Romains sont maintenant achevés et la «zone de rencontre» est pour l’instant provisoire. Nous faisons appel aux automobilistes afin qu’ils brident volontairement leur tempérament. La procédure pour adopter une nouvelle limitation de vitesse est assez longue. Il faut d’abord changer le règlement, puis l’envoyer à la commission étatique de la circulation. Une fois le document validé par cette dernière, on pourra mettre en place officiellement la «zone de rencontre».

Echo: Pourriez-vous revenir en détail sur cette «zone de rencontre»?

Gaston Greiveldinger: Nous avons commencé à introduire des zones 30 km/h sur le territoire de la commune en 2009. L’étape suivante, en cours, est la mise en place d’une place publique entre la mairie et le centre culturel Barblé par l’introduction d’une «zone de rencontre» sur une partie de la rue des Romains. Cela fait partie d’un concept de mise en sécurité du réseau routier à Strassen. La «zone de rencontre» prévoit l’aménagement d’un espace partagé dans lequel piétons, cyclistes et automobilistes ont les mêmes droits. Le but est autant d’augmenter la sécurité que de réduire le trafic de transit en incitant les riverains à emprunter la route d’Arlon. En bref, une «zone de rencontre» est caractérisée par la disparition des limites entre trottoir et chaussée, une limitation de vitesse à 20 km/h, un stationnement limité à 30 minutes sur l’unique bande de stationnement le long du précoce, par un guidage conséquent des personnes malvoyantes. A ce propos, nous avons constaté que certains automobilistes confondent le «guidage malvoyant» avec des emplacements de stationnement.

Echo: Quels sont les autres projets à l’ordre du jour?

Gaston Greiveldinger: Nous sommes en cours d’élaboration du budget de l’année prochaine. Avec ce budget, nous pourrons mettre à l’ordre du jour des projets comme la conversion de l’ancienne école en maison relais. A ce jour, notre maison relais compte 350 inscrits et nous toucherons bientôt ses limites.

Echo: Vos finances sont donc saines… prévoit l’aménagement d’un espace partagé dans lequel piétons, cyclistes et automobilistes ont les mêmes droits. Le but est autant d’augmenter la sécurité que de réduire le trafic de transit en incitant les riverains à emprunter la route d’Arlon. En bref, une «zone de rencontre» est caractérisée par la disparition des limites entre trottoir et chaussée, une limitation de vitesse à 20 km/h, un stationnement limité à 30 minutes sur l’unique bande de stationnement le long du précoce, par un guidage conséquent des personnes malvoyantes. A ce propos, nous avons constaté que certains automobilistes confondent le «guidage malvoyant» avec des emplacements de stationnement.

Echo: Quels sont les autres projets à l’ordre du jour?

Gaston Greiveldinger: Nous sommes en cours d’élaboration du budget de l’année prochaine. Avec ce budget, nous pourrons mettre à l’ordre du jour des projets comme la conversion de l’ancienne école en maison relais. A ce jour, notre maison relais compte 350 inscrits et nous toucherons bientôt ses limites.

Echo: Vos finances sont donc saines…

Echo: Tous vos bâtiments répondent-ils à l’ensemble des normes actuelles?

Gaston Greiveldinger: Nos bâtiments sont tous récents, économes en énergie, mais nous avons fait réaliser un audit par une firme spécialisée afin de voir s’ils sont aussi en phase au niveau «sécurité». Nous allons d’ailleurs recruter un responsable sécurité pour la commune.

Echo: Comment se développe l’offre de logement à Strassen?

Gaston Greiveldinger: Nous avons un projet avec la SNHBM qui pourra démarrer au printemps, les plans ayant été approuvés. Sinon notre projet Pescher démarrera en 2011. Au niveau de l’aménagement du territoire, nous avons toujours un problème avec la présence des pétroliers sur le territoire de la commune de Bertrange. La présence des réserves d’hydrocarbure fait que la partie Sud de notre commune est classée Seveso, donc inconstructible. Nous aimerions vraiment trouver une solution à ce problème.

Echo: Quelques mots pour conclure?

Gaston Greiveldinger: Nous venons de recevoir une récompense à Stuttgart pour notre piscine. Il s’agit d’un Award EWA: Europeen, Watersport Association. Elle récompense notre piscine pour trois raisons principales: la collaboration entre 2 communes, l’architecture et enfin le volet exploitation/gestion. Cette récompense nous fait vraiment plaisir. La fréquentation de la piscine dépasse d’ailleurs nos espérances. Nous avons ainsi eu jusqu’à 2.700 visiteurs par jour en été. Je terminerais sur quelques mots à propos de la mobilité. Pendant la semaine de la mobilité, nous avons présenté, outre notre «zone de rencontre», un projet de piste cyclable et, à un autre moment, les nouveaux véhicules électriques. Ceux-ci sont non polluants et économes. Il faudra simplement trouver un moyen de les rendre un peu plus bruyants afin qu’ils puissent être appréhendés par les non-voyants

.

Share this post